OM : Yohann Pelé évoque son rôle de numéro deux à l’OM

Yohann Pelé, le roi des clean sheets la saison passée, est de nouveau dans la lumière des projecteurs. Et pour cause, il doit remplacer au pied levé Steve Mandanda, blessé aux ischios. 

Entré en cours de match face à Saint Etienne après la blessure de Steve Mandanda sur un dégagement, Yohann Pelé a été fautif sur le but inscrit par Robert Beric, coupable d’avoir été un peu statique. Une culpabilité qu’il reconnait mais qui n’est pas une fin en soi selon lui. Interrogé en conférence de presse sur son nouveau statut, il a également évoqué sa décision de rester à l’OM malgré ce poste de numéro deux. Morceaux choisis.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Entrer en cours de jeu, une première pour l’Albatros

Entrer en cours de match comme il l’a fait à Saint Etienne était une grande première pour ce gardien expérimenté. Une expérience qu’il n’a véritablement dû apprécier au vu du résultat final. « On ne peut pas se préparer de la même manière. Pour Braga, j’ai eu plusieurs jours de préparation, c’est mieux pour aborder un match. » 

Sa décision de rester à l’OM

Malgré une très bonne saison 2016/2017, Yohann Pelé a été rélégué numéro deux dans la hiérarchie des gardiens à l’OM. En effet, le retour de Steve Mandanda en terre phocéenne ne lui a pas laissé beaucoup d’espoirs quant à ses chances d’être encore le numéro un. Mais ce n’est pas pour autant qu’il s’est résigné.

« Le club désirait me garder et j’ai fait un choix. Je me suis posé beaucoup de questions. Quand on sort d’une saison à quarante matches, on a forcément envie de jouer, mais je voulais connaître des choses différentes avec l’OM, avec une équipe encore plus compétitive, et en sachant qu’on allait avoir encore plus de matches. J’ai pesé le pour et le contre, puis j’ai décidé de rester. Pour moi, c’était la meilleure option. Les choses sont claires, elles ont été dites dès le début, il n’y a pas de quiproquo. Je savais que Steve allait revenir et être le numéro un ».

Charlie COURRENT

(Propos recueillis par le quotidien La Provence).