Tribune supporters : du virage s’élèvera, l’histoire d’un chant

false

Chaque mardi à 19h, nous étudions l’origine d’un chant de supporters, connu ou inconnu, dont l’histoire comme la beauté valent le détour.

Il y a un an, presque jour pour jour (c’était le 22 mars 2009), la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, était ressortie d’un PSG-OM horrifiée par les chants des supporters parisiens. L’ancienne nageuse n’avait jamais dû assister à un match de football entre clubs de sa vie puisqu’on ne peut pas dire que le Parc version QSI soit le plus injurieux qui soit. Surtout, depuis, elle est allée faire un tour à Bauer et a pu se rendre compte qu’il y avait pire ailleurs. Mais passons…

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Avant que le coronavirus ne vide les stades de leurs publics et de leurs joueurs, Maracineanu avait réfléchi à la possibilité d’interdire les injures dans les tribunes. Un vœu pieu, évidemment, d’autant que son projet avait entraîné une levée de boucliers chez les passionnés de ballon rond (pas les Footix, vous voyez la différence ?).

Ce qui nous renvoie à l’un des chants les plus populaires du football des années 80-90 : Oh hisse, enc… Pas vraiment un chant, à vrai dire, puisqu’il ne comporte que trois mois. Mais un vrai classique des virages, qui s’en donnaient à cœur joie, de même que les enfants des latérales, tout heureux de pouvoir lancer un gros mot avec le consentement de leurs pères. Et si, en plus, un Pascal Olmeta s’amusait à feinter le dégagement juste pour faire enrager les supporters, c’était parfait !

Eh bien, ce « Oh hisse » enc… a lui aussi connu la censure ! En effet, La Provence, dans un article revenant sur les principaux chants des supporters de l’Olympique de Marseille, a rappelé que Bernard Tapie n’en était pas fan. En effet, cela déplaisait au diffuseur du championnat, Canal+. Le Boss avait essayé d’en changer la fin, en vain…

« Rapporté d’un Juventus-Torino (« Oooooooooo… Forza Juve », dans sa version originale), le rituel s’est rapidement imposé sur chaque dégagement du gardien adverse. Au début des années 90, Bernard Tapie, alors président du club, a tenté de faire changer la chute, guère au goût des diffuseurs de l’époque. Mais le « Oh hisse, Marseillais » n’a jamais rencontré le succès. Allez savoir pourquoi… »

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001