ASSE, FC Nantes, LOSC : arrêt de la L1… Caiazzo, Kita et Lopez chargent le gouvernement !

true

Lors d’une conférence de presse commune, les présidents de l’ASSE, du FC Nantes et du LOSC ont regretté que l’arrêt de la L1 ait été imposé par le gouvernement.

Ce lundi, à l’occasion d’une conférence de presse de Première Ligue, le syndicats des grands clubs français, Bernard Caïazzo, Gérard Lopez et Waldemar Kita, les présidents de l’ASSE, du LOSC et du FC Nantes ont rejoints Jean-Michel Aulas dans son combat contre les décisions de l’Etat, et surtout celle d’arrêter définitivement la saison de L1, à cause de la crise sanitaire.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

Caiazzo, Lopez et Kita n’ont pas demandé pour autant une reprise du championnat, mais ils ont pointé le gouvernement d’Emmanuel Macron. « Tout le monde se préparait à reprendre et le 28 avril, quelle ne fut pas notre surprise en entendant le Premier ministre dire ‘la saison 2019-2020 ne pourra pas reprendre », a expliqué Caiazzo.  Je peux dire au nom de Première Ligue qu’il n’y a eu aucune concertation avec nous. Je veux juste rétablir les faits, c’est une aberration totale de dire que c’est nous qui ne voulions pas reprendre. Personne ne se saborde, personne ne se suicide, personne dans le football n’avait envie de tuer notre économie et d’avoir 600 ou 700 millions de manque à gagner pour soi-disant protéger un classement. C’est une erreur. Ceux qui veulent vous faire comprendre une autre réalité en disant que c’est la Ligue qui a pris la décision d’arrêter, c’est entièrement faux, et il y a 1000 preuves pour le démontrer. »

Lopez, lui, a insisté sur les conséquences de cet arrêt pour le football français. « Depuis que je suis dans le foot français on dit qu’on essaie de rattraper notre retard, commercial et sportif, sur les autres, et là on donne le bâton pour se faire battre à un moment stratégique. On est à la réception d’une décision gouvernementale qui va aujourd’hui nous ralentir encore plus par rapport aux autres championnats. On va envoyer deux clubs en Europe pas préparés par rapport à tous les autres. Le foot français dans sa totalité se retrouve lésé. »