FC Nantes : 3 bonnes raisons de relancer Kolbeinn Sigthorsson

Aligné plus d’une heure avec la réserve face à Changé, Kolbeinn Sigthorsson a fait bonne impression aux observateurs. De là à le relancer en équipe première au FC Nantes ? Et pourquoi pas après tout…

Il est dans un état d’esprit différent par rapport à 2015-2016

En acceptant de jouer en National 2 face à Changé, l’Islandais a montré qu’il était dans d’autres dispositions qu’en 2015. Sa situation est également très différente. A l’époque, Sigthorsson était clairement venu dans l’optique de l’Euro 2016 en France, en diva du vestiaire et avec la volonté de bien se préparer à la compétition avec son pays. De titulaire inamovible de sa sélection, « le Sig » n’est plus qu’une option possible et n’a aucune garantie de voir le Mondial. Il doit se battre avec le FC Nantes, montrer qu’il peut regagner sa place et postuler à la Coupe du Monde russe. Sur le pré, il ne sera pas à l’économie mais clairement motivé. On l’a vu en réserve plus motivé que jamais.

Le mettre en vitrine pour mieux s’en débarrasser

C’est malheureux à dire mais il y a un vrai paramètre économique à prendre en compte sur le dossier Sigthorsson. Le joueur est sous contrat jusqu’en juin 2020 au plus gros salaire du club (150 000€ brut par mois) et, si la direction du FCN espère le vendre l’été prochain, elle ne pourra pas s’appuyer sur son passé ou sur ses passages compliqués à l’Ajax et à Galatasaray. Surtout que le joueur a été arrêté 18 mois à raison de deux graves blessures. Non, il faudra le valoriser en le faisant jouer, lui permettre de marquer deux ou trois buts pour le rappeler aux bons souvenirs des recruteurs. Cela passe par un minimum de temps de jeu.

Derrière Sala, Ranieri n’a pas pléthore de choix

Cette saison au FC Nantes, Emiliano Sala a été l’arbre qui cache la forêt avec ses 12 buts. Derrière lui, Claudio Ranieri ne dispose d’aucun attaquant de pointe susceptible d’apporter sur la durée. Préjuce Nakoulma est blessé et en froid avec le club. Kalifa Coulibaly n’est pas prêt non plus. Santy Ngom a fait quelques entrées prometteuses mais est encore loin de s’afficher parmi les grands jokers offensifs de Ligue 1. Quant à Yacine Bammou, s’il lui arrive de marquer des buts, ce n’est clairement pas un renard de surface. Pourquoi ne pas tester Kolbeinn ?

Alexandre CORBOZ