FC Nantes : ce Canari qui n’est pas tendre avec Sigthorsson

Critiqué pour sa première saison au FC Nantes, l’attaquant islandais du FC Nantes Kolbeinn Sigthorsson a mis les choses au point pendant l’Euro.

Si la résurrection de Kolbeinn Sigthorsson semble en étonner certains, d’autres ne sont pas spécialement surpris. Plutôt bon depuis l’ouverture de l’Euro, avec des duels remportés et des déviations à foison, sans compter une pointe de vitesse improbable et un but sur sa seule frappe cadrée contre l’Angleterre, l’attaquant du FC Nantes trouve en effet un soutien dans le vestiaire des Canaris : Leo Dubois. « Ce n’est un nouveau Kolbeinn à l’Euro mais Islande joue parfaitement avec ses qualités. Il a un excellent jeu de tête, est un bon pivot, mais ils ne le cherchent pas dans la profondeur », a-t-il expliqué, pointant du doigt l’une des causes de l’adaptation ratée de l’Islandais au FC Nantes.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

« A Nantes, c’était un peu brouillon et, là, il est propre » 

Justement, Valentin Rongier est quant à lui vraiment étonné de ce qu’il voit de ce même Sigthorsson en France et ne s’est pas privé de le dire. « A chaque fois que je le vois évoluer en sélection, honnêtement, ce n’est pas le même joueur, a avoué le milieu de terrain dans Presse Océan. Il réalise des choses qu’il ne réalisait pas avec nous. Il parvient ainsi à jouer dans de petits espaces, à trouver des passes déséquilibrantes. A Nantes, parfois, c’était un petit peu brouillon dans l’avant-dernier geste. Là, il est propre. »

« Vu ce qu’il fait à l’Euro, on se rend compte que les recruteurs et le président ne se sont pas trompés à son sujet et qu’il est capable de nous apporter beaucoup cette saison. C’est de bon augure pour la suite car Kolbeinn va revenir avec le plein de confiance », poursuit le milieu de terrain qui espère juste que l’intéressé ne prendra pas le melon suite à ses exploits avec l’Islande.

« Il ne faut pas trop l’encenser non plus sinon il va croire que c’est le roi ! L’homme est dur à cerner. Quand il est arrivé, sans casser du sucre sur son dos, il n’a pas tout fait pour s’intégrer. Il n’a pas essayé d’apprendre le français dès le début. Mais il sait rigoler, être sérieux. C’est un bon collègue de travail », conclut néanmoins Rongier.

Julien Perez