FC Nantes : ces matches qui ont fait basculer le destin des Canaris

En une dizaine d’années, le FC Nantes a connu l’enfer de la relégation, le purgatoire de la Ligue 2 et le bonheur des remontées. Tout cela à cause ou grâce à une poignée de matches-clé comme les sept qu’il reste aux Jaune et Vert pour tenter d’arracher une place dans le Top 6, synonyme de probable qualification européenne.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

FC Nantes – Stade Rennais 0-2 (28 avril 2007)

Arrivé quelques mois plus tôt, Fabien Barthez est censé être l’homme de la dernière chance pour sauver le FCN encore Atlantique d’une probable relégation. Sauf que le champion du monde 98 est désormais loin d’afficher sa forme d’antan. Si, en février, il encaisse 5 buts contre Valenciennes à la Beaujoire, c’est en avril que sa carrière bifurquera vraiment vers une retraite anticipée. Ça a commencé par un but gag contre Sedan et après lequel le “Divin Chauve” a quitté le stade en plein match laissant les gants à Tony Heurtebis. Nouvelle soirée cauchemardesque au Parc des Princes le 21 avril, les Canaris s’inclinant 4-0. Et une semaine plus tard, pour la 34e journée, le Stade Rennais vient parachever l’ouvrage et s’imposant 2-0 avec des réalisations signées Utaka et Briand à Louis-Fonteneau. Au sortir de l’enceinte, Barthez est chahuté par des supporters. Prétexte pour s’en aller définitivement de Nantes…

Girondins de Bordeaux – FC Nantes 0-1 (9 mai 2007)

Deux semaines après le douloureux épisode Barthez, le FC Nantes se déplace à Bordeaux pour le derby de l’Atlantique. En Gironde, Denis Oliech trouve le chemin des filets et permet aux Jaune et Vert de l’emporter à Chaban-Delmas. Sauf que dans le même temps, l’OGC Nice bat un PSG pas encore sous pavillon qatari. Conséquence, le FCN est définitivement relégué en L2 et terminera même la saison à la place du cancre.

FC Nantes – Stade de Reims 5-0 (30 juillet 2007)

Pour la première fois, le FCN démarre la saison avec une semaine d’avance sur la Ligue 1. Après 44 saisons consécutives de présence dans l’élite, bienvenu dans l’enfer de la L2… Un enfer que le FC Nantes démarre cependant avec la réception d’un ancien poids lourd du championnat, le (grand) Stade de Reims et, pour l’occasion, 27.362 spectateurs ont pris place à la Beaujoire, une affluence digne d’une soirée de gala à l’étage plus haut ! Sous le soleil, les Canaris emmenés par Der Zakarian (que Kita voulait déjà remplacer…) l’emportent brillamment 5-0 avec un triplé de Nicolas Goussé complété d’un doublé de Mamadou Bagayoko. Une entame en parfaite et pétillante qui placera donc le FCN sur orbite. Il n’en descendra pas jusqu’au printemps.

FC Nantes – Montpellier HSC 1-1 (25 avril 2008)

Qu’elle est loin désormais l’époque des heures tristes ! En déplacement à Montpellier, le FC Nantes assure l’essentiel et concède le match nul 1-1 grâce à un but de David De Freitas pour les Jaune et Vert. Un résultat qui permet aux Canaris, lesquels termineront 2e du classement, de valider officiellement leur billet pour l’accession ! L’enfer n’a donc duré que quelques mois…

Girondins de Bordeaux – FC Nantes 2-0 (24 août 2008)

Défait à Auxerre en ouverture du championnat (2-1), le FCN s’est bien rattrapé ensuite en concédant le nul à la Beaujoire (1-1) face à Monaco. Mais le déplacement à Bordeaux s’annonce orageux pour Michel Der Zakarian, peu en odeur de sainteté auprès de son président, Waldemar Kita. En Gironde, son club s’incline 0-2 à cause de Cavenaghi et Fernando. La défaite dans le derby de l’Atlantique, à l’occasion de la 3e journée, sera le prétexte pour débarquer le coach, le premier de la saison dans l’élite à être viré. Le premier d’une longue série aussi sur les bords de l’Erdre…

FC Sochaux – FC Nantes 2-1 (23 mai 2009)

Un an après avoir célébré ses retrouvailles avec la Ligue 1, le FC Nantes revit un printemps noir, plongeant dès le mois d’avril dans une zone de relégation de laquelle il ne ressortira plus. L’excursion à Sochaux pour la 37e journée sonnera d’ailleurs le glas des ambitions de maintien des Canaris. Dans le Doubs, ils s’y inclinent 2-1, ce qui permet à leur adversaire du jour de pérenniser son séjour dans l’élite, croisant le chemin d’un FCN définitivement condamné. Les supporters sont déchaînés. Le lendemain matin à la Jonelière, les quelques gendarmes en faction ont toutes les peines du monde à les retenir d’en découdre avec les joueurs. Et une semaine plus tard, certains envahiront les loges et tribunes présidentielles à l’issue d’un Nantes-Auxerre électrique après lequel Da Rocha fera ses adieux par un tour d’honneur critiqué par Kita. Dans une ambiance pourrie, c’est de nouveau l’enfer qui frappe aux grilles de la Jonelière et, cette fois, le purgatoire va durer longtemps. Très longtemps…

FC Nantes – AC Ajaccio 1-0 (4 mai 2009)

Pour ce match en milieu de semaine comptant pour la 36e journée, les Canaris sont presque en mission commando. Quatorzièmes du classement de Ligue 2, ils voient la zone rouge se rapprocher dangereusement, avec l’ombre d’une relégation en National, quasi synonyme de la mort du club. Alors qu’on se profile vers un 0-0 qui n’arrangerait rien, Kevin Lejeune alerte Filip Djordjevic, lequel marque l’unique but de la partie sous un peu plus de 13.000 paires d’yeux. Une victoire salutaire qui permettra aux Jaune et Vert de se sauver in extremis, bouclant la saison par deux ultimes revers et sur une pâle 15e place. On s’en contentera, à défaut de mieux…

FC Nantes – Boulogne-sur-Mer 3-3 (16 mars 2012)

Les Canaris, 5es de la Ligue 2, accueillent les Boulonnais avec l’ambition légitime de se rapprocher du podium voire même de grimper dessus. Un objectif à leur portée que Boulogne va contrarier avec, dans ces rangs, un certain Aurélien Capoue qui transformera un pénalty à un quart d’heure de la fin, permettant à ses nouvelles couleurs d’égaliser à 3-3 dans un stade en fureur. Les Nantais, visiblement en délicatesse avec leurs ex, doivent partager les points, ce qu’ils feront de nouveau deux semaines après lors de la venue de Troyes (1-1) entraîné par Jean-Marc Furlan, lequel applique lui aussi l’adage selon lequel la vengeance est un plat qui se mange froid. D’autant qu’entre-temps, une défaite à Lens (1-0) a quasiment anéanti les derniers espoirs de remontée.

SM Caen – FC Nantes 0-1 (13 mai 2013)

Les Canaris voient enfin le bout du tunnel. Mais avant d’aller dans la lumière, il reste deux étapes à franchir, celles de Caen puis de Sedan. En Normandie, les joueurs de Michel Der Zakarian, rappelé entre-temps, assurent l’essentiel et l’emportent 1-0 grâce à Djordjevic. Une semaine après, du coup, un simple match nul leurs suffit pour regagner l’élite. Finalement, dans une ambiance surréaliste avec près de 37.000 spectateurs (!), les Nantais s’imposent 1-0 grâce à un but contre son camp de Florentin Pogba. Au coup de sifflet final, les supporters, ivres de bonheur, envahissent le terrain et la fête se prolongera tard dans la nuit dans le centre-ville de la Cité des Ducs. Après quatre ans de Ligue 2, le FCN retrouve sa place parmi l’élite !

CG

Retrouvez cet article et beaucoup d’autres dans le dernier numéro de But! Nantes, en kiosque ou sur notre boutique.