FC Nantes – EXCLU Mercato : Puscas, Bou, Walter… Ce qui s’est vraiment passé

Durant l’été, de nombreuses sagas ont agité le Mercato du FC Nantes. Pour « But ! Football Club », Franck Kita (directeur général des Canaris) a accepté de démêler le vrai du faux.

Pour les clubs, le Mercato est un véritable casse-tête. Le FC Nantes ne déroge pas à la règle, les Canaris ayant connu un été plus qu’animé avec de nombreuses pistes qui ont fait fantasmer les supporters. « Il y a beaucoup de noms qui sortent mais finalement il n’y en a que très peu qu’on suit réellement », commente Franck Kita au sujet d’un travail de l’ombre parfois compliqué à masquer : « Quand un de nos dossiers sort dans la presse, cela peut perturber les négociations, mettant la puce à l’oreille d’autres clubs et faisant monter les enchères. Sur les pistes qu’on a évoquées pour nous cet été, il y a des noms qui nous ont été effectivement proposés, il y a des noms que les agents sortent dans la presse car ça les arrange, il y a des pistes que l’on suit effectivement. » Le dirigeant du FC Nantes fait l’état des lieux des grandes sagas qui ont animé l’été.

Nicolaj Thomsen (Aalborg)

« On le voulait vraiment. C’était la vraie saga de l’été ! A un moment donné, quand un dossier est trop compliqué, il faut savoir passer à autre chose. »

Rémi Walter (AS Nancy-Lorraine)

« Cela a beaucoup fait parler dans l’Est de la France mais pas ici. En tout cas, il ne faisait pas du tout parti des joueurs que nous avions ciblés. Il y a un peu d’intox. Je ne sais pas à quoi ça a servi de citer Nantes… »

George Puscas (Inter Milan)

« Puscas, c’est un joueur qu’on voulait nous prêter. Il m’a été proposé. J’ai remonté son profil au coach. En fin de saison passée, nous nous étions renseignés et il s’est avéré que c’était un bon joueur mais nos priorités, c’était vraiment Kolbeinn Sigthorsson et Emiliano Sala, qui étaient deux joueurs que nous suivions depuis longtemps. Après leurs recrutements, dans la mesure où nous avions beaucoup de monde dans le secteur, on n’avait plus besoin de faire Puscas. »

Gustavo Bou (Racing)

« Cette piste n’a jamais existé ! C’est l’exemple typique du bruit de couloir dont on ne sait pas d’où il sort. En plus, le Racing voulait le vendre combien ? 8 à 10 M€, c’est ça ? Il n’y avait pas trop de débat autour de ce dossier. En plus, personne chez nous ne connaissait le joueur »

Recueilli par Alexandre CORBOZ