FC Nantes – EXCLU N’Doram, entretien père-fils

Samedi 20 août, Kevin N’Doram, 20 ans, a effectué ses tous premiers pas en Ligue 1 avec l’AS Monaco face à un FC Nantes que son papa, Japhet, a jadis enflammé. Forcément, l’ancien “Sorcier de la Beaujoire” n’aurait raté l’évènement pour rien au monde. A la sortie, on a réuni le duo père-fils pour un échange inédit.

But! Nantes : Japhet, ça fait quoi de voir son fils signer des autographes à la sortie de la Beaujoire ?

Japhet N’Doram : (Rires) C’est une bonne chose, évidemment ! Sa première, comme par hasard, s’est faite à la Beaujoire. C’est beaucoup de bonheur pour la famille, une fierté, et j’espère que c’est une première qui en appellera d’autres pour lui permettre de continuer à progresser. Il faut qu’il fasse une belle carrière, c’est le but quand on est professionnel ! On croise tous les doigts pour lui.

Kévin, comment avez-vous vécu ce premier match de votre carrière à la Beaujoire ?

Kévin N’Doram : Ça fait plaisir, je ne m’y attendais pas trop. Le coach a fait appel à moi et j’ai répondu présent. Ce stade, je ne l’avais visité qu’en tribunes, jamais sur le terrain… Premier match, première victoire : pour moi qui suis né tout près d’ici, ça fait plaisir !

Et vous Japhet, comment avez-vous vécue cette rencontre ?

J.N. : Dès la veille, j’ai appris qu’il était dans le groupe, je savais donc que j’allais le voir mais je ne savais pas qu’il jouerait d’entrée ! Quand il m’a annoncé qu’il serait finalement titulaire le midi du match, ça a été le top. Il y a eu beaucoup d’excitation à l’idée de le voir débuter ce premier match. Je suis allé le voir à l’hôtel pour lui dire qu’il avait tout à gagner, qu’il ne devait pas se mettre une pression inutile. C’est ce qu’il a fait. De ce côté-là, Kevin est assez équilibré. Je suis satisfait de son match. Pour une première, il a montré de bonnes choses mais il reste du chemin à faire.

Kevin, à quoi avez-vous pensé en entrant sur le terrain justement ? A votre père ?

K.N. : Non ! J’étais concentré sur mon match ! J’ai juste pensé à tout donner ! Ça fait quinze ans que je joue au football pour ça et là, j’ai réalisé mon rêve donc je suis content !

C’est ici, à la Beaujoire, que votre papa a marqué tant de buts…

K.N. : Oui, ce n’est pas anodin ! Il a marqué l’histoire ici. Moi, je suis venu avec tout le respect que j’ai pour ce club.

Japhet, serez-vous attentif à tout ce qui va se dire et s’écrire sur Kévin ?

J.N. : Non, non, je reste insensible à tout cela, car c’est justement le danger pour les jeunes joueurs qui commencent comme ça, quand la presse est derrière eux. Après, je pense que Kevin est assez équilibré. Il y aura, je pense, une remise en question permanente qui lui permettra de progresser dans ce sens.

Kevin, ça ajoute une pression supplémentaire de s’appeler N’Doram ?

K.N. : Ah oui ! Etre “fils de”, c’est compliqué, on le sait très bien. Mais j’essaie de ne pas calculer tout ce qui se dit ou se passe dans les médias.

Recueilli par Charles GUYARD, à la Beaujoire

Une Nantes