FC Nantes : formation, beau jeu… Gourcuff veut renouer avec les traditions nantaises

false

Lors de sa présentation officielle au FC Nantes, Christian Gourcuff a insisté sur son envie de remettre au goût du jour les valeurs qui ont fait la réussite des Canaris, le beau jeu et la formation. Morceaux choisis.

Quasiment un rêve d’entrer Nantes

«  Je suis très heureux de rejoindre le FC Nantes. Je ne dirais pas que c’est un rêve, mais sans doute un objectif durant ma carrière. Tendre vers les bases du passé du FC Nantes ? C’est ma philosophie. J’ai déjà dit toute l’admiration que je portais au passé du FC Nantes. Si vous parlez du FC Nantes partout dans le monde, il y a une image, des émotions qui ressortent. C’est une sensibilité que je revendique. »

Reconnaissant envers la direction

« Je remercie le Président Kita. Parce quand vous êtes contactés trois fois en quelques années, c’est qu’il y a de l’estime. Et j’en suis reconnaissant. Si je suis à Nantes, ce que j’estime que je peux cohabiter avec le Président Kita. Si c’était une autre personne, pas sûr que je sois là aujourd’hui. Là-dessus, il n’y a aucun problème.Un Club, c’est surtout des valeurs, des hommes. Dans la mesure où le Président Kita m’a appelé, c’est qu’il avait confiance en moi, et la confiance est réciproque. Si le Président m’a sollicité, c’est pour mes idées. Je n’ai pas d’inquiétude quant à ma cohabitation avec lui. »

Une philosophie tournée vers le jeu collectif et le plaisir

« Aucun entraîneur ne peut dire qu’il ne recherche pas la qualité et la fluidité du jeu, le plaisir que l’on peut avoir, l’efficacité. Lorsque le joueur a intégré que son intérêt est l’intérêt collectif, 80% du chemin est fait. L’envie de jouer avec les autres est fondamental. A partir de ce moment là, on progresse individuellement et collectivement. »

Il veut s’appuyer sur la formation

« Pour moi, un club doit vivre à partir de la formation. Aussi sur le plan économique. Pour moi, c’est une évidence. Le FC Barcelone de Guardiola était un exemple tant sur le plan collectif que sur la formation. L’Ajax en est un autre aujourd’hui. »

 

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000