FC Nantes : Gourcuff dépité par le cluster de Covid-19 chez les Canaris
par Alexandre Corboz

FC Nantes : Gourcuff dépité par le cluster de Covid-19 chez les Canaris

S'il préfère en sourire, Christian Gourcuff estime que son FC Nantes est fortement pénalisé depuis que le coronavirus s'est invité à la Jonelière.

« Le vieux tient le coup, c’est peut-être parce que je suis Breton ! Mais je vous avoue que je ne fais pas le fier quand même ». Dans les colonnes de "Presse Océan", Christian Gourcuff est revenu sur la période difficile vécue par son FC Nantes depuis que le coronavirus s'est invité à son quotidien et a placé huit salariés du club en quatorzaine depuis le retour du stage d'Annecy.

Le coach des Canaris a évoqué directement les difficultés engendrées : « Avant ces cas positifs, on avait retrouvé une vie quasi-normale. On sortait d’un stage à Annecy qui s’était super bien passé, la préparation était bonne, avec un travail sérieux, et aujourd’hui c’est un vrai coup d’arrêt. Et encore, on est content des résultats d’hier (zéro nouveaux cas, deux employés désormais négatifs, NDLR). L’apparition de nouveaux cas aurait pu avoir des conséquences dramatiques… »

Marcus Coco et deux joueurs déjà sur le flanc contre Bordeaux ?

Reconnaissant avoir dû adapter sa préparation avec un maximum de mesures de précaution (contacts limités au strict minimum à la Jonelière), Christian Gourcuff estime qu'il sera impossible pour les cas positifs (Marcus Coco, Ludovic Blas) de son effectif d'être prêts pour la reprise de la Ligue 1 les 22 et 23 août prochain contre Bordeaux.

« On ne maîtrise rien. Les interrogations sont nombreuses, notamment sur les symptômes qui ne sont pas toujours les mêmes et peuvent avoir des effets sur le long terme. Tout cela dépasse le cadre de la préparation normale d’une équipe de foot. Les joueurs touchés seront sûrement trop justes pour la reprise. Ils ne peuvent reprendre l’entraînement qu’après deux tests négatifs, et surtout après des tests médicaux poussés. Les mesures médicales sont très strictes et contraignantes. Quand je vois qu’à Strasbourg il y a neuf joueurs positifs, je ne vois pas comment ils pourront être prêts pour la première journée... », avoue-t-il, dépité.