FC Nantes : Gourcuff évoque sa relation avec Kita et son projet pour les Canaris

true

L’entraîneur du FC Nantes, Christian Gourcuff, aimerait faire chez les Canaris ce qu’il a réalisé à Lorient. Il peut pour cela compter sur Waldemar Kita.

Au cours de la longue interview accordée à la LFP, Christian Gourcuff a évoqué son arrivée au FC Nantes et ses rapports avec son président, Waldemar Kita. On apprend notamment qu’il avait déjà repoussé à deux reprises les avances de l’homme d’affaires et qu’il tient à renouveler de fond en comble la politique des Jaunes et Vert.

« J’avais déjà été sollicité deux fois par le président Kita et je n’avais pas pu répondre favorablement pour des raisons diverses. Comme j’avais de bonnes relations avec lui, je me sentais un peu redevable après avoir refusé deux fois. Et Nantes représentait quelque chose pour moi… Donc je n’ai pas trop eu le temps de réfléchir. Et à mon arrivée, il fallait déjà partir jouer à Lille. Pour ce match, on a gardé les options tactiques choisies sur les semaines précédentes. Mon travail a véritablement commencé le lundi. »

« La volonté du président était de définir une politique technique commune pour tout le club. C’est ce que j’ai fait à Lorient, ce que j’ai commencé à faire à Rennes mais je n’ai pas assez de temps… C’est également ce que je devais faire avec la sélection d’Algérie mais le projet a vite été abandonné parce qu’on se heurte toujours à des egos, à des ambitions personnelles, c’est toujours difficile. Au FC Nantes, le souci, c’est que je ne suis pas là pour 10 ans. »

« A Lorient, j’ai eu la chance d’avoir mes anciens joueurs comme éducateurs donc il y a pu y avoir un travail dans la durée. Quand il y a un point de départ, c’est toujours difficile, d’autant plus que la durée de vie des entraîneurs est très courte maintenant. C’est très complexe de donner cette impulsion, aussi parce qu’il y a des gens en place, des ambitions, des idées qui peuvent être différentes. La réflexion est toujours d’actualité pour le président mais il faudra voir sur les mois à venir. La volonté est là mais il n’y a pas encore eu de véritable mise en place sur le plan pratique. »