FC Nantes : Kita veut imiter la NBA pour la reprise de la L1
par Raphaël Nouet

FC Nantes : Kita veut imiter la NBA pour la reprise de la L1

Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, estime que le règlement actuel concernant la lutte contre la Covid-19 n'est pas ou plus adapté.

Dans L'Equipe du jour, le président du FC Nantes, Waldemar Kita, réclame un assouplissement des règles sanitaires par rapport à la pandémie de Covid-19. Il explique également qu'à son sens, la Ligue 1 devrait imiter la NBA en "enfermant" les joueurs dans une "bulle" ou leur centre d'entraînement quinze jours avant la reprise de la compétition…

« C’est une saison qui s’annonce très compliquée à cause de l’aspect sanitaire. Aujourd’hui, des choses ne sont pas assez claires question sécurité. C’est vrai qu’on n’arrive pas très bien à maîtriser ce genre de virus, et en même temps on est plus organisés au niveau santé, avec les tests de contrôle. Maintenant, on en fait pour les footballeurs, pas dans les entreprises, et étant sensibles à ce sujet pour être un peu dans le milieu, de ce que je lis les tests sont fiables à 70-75%. »

« On a eu des cas positifs qui étaient négatifs trois jours après. Il faut attendre un nouveau test négatif et, pendant ce temps, la personne est inactive. Je trouve que le protocole actuel n’est pas très juste. Pour moi, il faut mettre en place un système clair. Aujourd’hui, ça ne l’est pas. Un joueur arrêté dix, quinze jours, ça pose quand même un gros problème. J’ai le sentiment que le virus n’a pas la même force qu’en mars, et les sportifs peuvent a priori mieux encaisser. Il n’y a d’ailleurs pas de cas alarmant. La perte de l’odorat, ce n’est pas un drame, on peut je pense s’entraîner. Si, dans quinze jours, on a des joueurs positifs sans symptômes qui ne peuvent pas jouer, on fait comment ? »

"S’il faut isoler les cas contacts, on ne s’en sortira pas."

« Pour moi, quand il y a un cas positif, on le met à part et on continue avec le reste. S’il faut en plus isoler les cas contacts, on ne s’en sortira pas. Si j’étais décideur, on s’enfermerait huit ou quinze jours avant le début de ce championnat pour limiter les risques. »