FC Nantes – L’analyse de Charles Guyard : « Du spectacle et des regrets »

true

Dans une fin de match irrespirable, le FC Nantes s’est arraché pour faire douter l’OL, mais pas au point d’en venir à bout (3-4). Eliminés de la Coupe de France, les Canaris ont montré un visage conquérant pour 2020. Ca promet !  

Il se passe toujours des choses lors des confrontations entre le FCN et l’OL. Rien que cette saison, déjà, la victoire des Canaris au Groupama Stadium le 28 septembre dernier 1-0 grâce à un but contre son camp de Marçal avait mis fin à 24 années de disette nantaise dans le Rhône. Mais que dire aussi du 6-0 encaissé dans une Beaujoire abasourdie le 30 novembre 2016 par des Jaune et Vert emmenés par un René Girard qui en perdra son poste quelques jours plus tard ?

Sans doute fallait-il y voir une petite revanche de ces mêmes lyonnais, humiliés par un de leur ex un an et demi plus tôt, le 20 janvier 2015. Ce jour-là, Vincent Bessat avait en effet éjecté de la Coupe de France l’équipe d’Hubert Fournier à lui tout seul en claquant un triplé mémorable qu’aucun pronostiqueur n’aurait osé imaginer !

Signé Cherki

Ce samedi, quasiment cinq ans jour pour jour plus tard, la leçon a cette fois été donnée par un môme de 16 ans, Ryan Cherki, lequel s’est offert un doublé en moins de dix minutes pour réduire Louis Fonteneau au silence, devenant au passage le plus jeune double buteur de son club dans un match officiel ! Et comme si cela ne suffisait pas, le milieu offensif a aussi délivré à Martin Terrier la balle du troisième but rhodanien à la 37e minute ! Bon, entre temps, pour son baptême à la maison, Renaud Emond avait connu son premier moment de gloire. Déjà très actif face à Saint-Etienne une semaine plus tôt, le Belge a ouvert son compteur au quart d’heure de jeu…

Pour résumer, les quelque 24 500 spectateurs ont vécu une sacrée soirée ce samedi, ou plutôt deux soirées en une. Celle de l’abattement d’abord avec un premier acte prolifique en buts, certes, mais au suspense éteint trop vite. Et puis celle de la résilience, de l’euphorie et du fol espoir d’une Remontada digne d’un Nantes-Strasbourg version 2 novembre 2005 encore dans toutes les mémoires où, menés 1-3 à la 49e minute, les partenaires de Frédéric Da Rocha étaient parvenus à arracher la victoire 4-3 !

Le retour d’une vitalité offensive chez les Canaris

Ce 18 janvier 2020, pour la première de l’année à la maison, la magie n’a donc pas opéré d’un point de vu résultat mais côté spectacle, tout le monde s’y est retrouvé même si le 4-3 au tableau d’affichage n’a pas, cette fois, tourné en faveur des Ligériens. Pour autant, le FCN quitte donc la Coupe de France la tête haute, et avec des perspectives intéressantes en tête.

A quelques jours du premier anniversaire de la mort de Sala (le 21 janvier), la formation de Gourcuff s’est-elle trouvée un nouveau buteur en chef en la personne de Renaud Emond ? L’avenir le dira, mais au-delà de son premier but marqué, l’intéressé a montré de très bonnes facultés d’adaptation, et un sens du déplacement séduisant, dans la lignée de ses premiers pas dans le Chaudron stéphanois dimanche dernier. De son côté, Anthony Limbombé, de retour de prêt et de blessure, n’a pas tardé non plus à se mettre en évidence, étant à l’origine du troisième but nantais juste après son entrée à la place de Ludovic Blas. Quant à Imran Louza, le voilà rendu à quatre réalisations, lui qui a effectué ses premiers pas en pros il y a un an seulement !

Autant dire qu’avec cette vitalité offensive, Kalifa Coulibaly va devoir se battre pour retrouver sa place devant… Reste désormais à attendre le retour de Nicolas Pallois pour retrouver une vraie assise défensive, et l’ensemble risque d’avoir de l’allure pour la suite de la saison. Surtout que les prochaines échéances, d’ici le 5 février, seront déterminantes avec deux derbies à suivre (contre Bordeaux et à Rennes) et la réception du PSG. C’est au cœur de l’hiver que Nantes saura s’il peut se préparer à un printemps festif. Ou pas.

Charles GUYARD, correspondant à Nantes.