FC Nantes : les finances de Waldemar Kita ne se sont jamais aussi bien portées

Si Waldemar Kita a injecté beaucoup d’argent dans le FC Nantes depuis son arrivée, l’homme d’affaires peut se targuer d’une santé économique florissante.

Si l’année 2019 n’avait pas très bien commencé pour Waldemar Kita avec le drame Emiliano Sala, ses soucis fiscaux, l’abandon du projet de stade et l’échec de la vente du FC Nantes à Benjamin Leigh Hunt, l’été qui vient de se passer à bien rééquilibré la balance pour l’homme d’affaires franco-polonais.

Les sociétés de Kita se portent mieux que jamais

En effet, selon « Médiacités Nantes », Waldemar Kita est plutôt heureux en affaires si l’on se fie à ses résultats financiers. En effet, sa holding luxembourgeoise V Plus SA a affiché un résultat net record de 11 millions d’euros en 2018. Ses filiales française et suisse (Vivacy) fonctionnent aussi très bien même si aucun chiffre n’est disponible à consultation.

Un Mercato dans la lignée de sa réussite professionnelle

Quant au Flava Groupe, détentrice des actions du FC Nantes depuis 12 ans, il affiche une perte anecdotique de 16 500€. Par ailleurs, et si l’on en croit « Médiacités », Waldemar Kita aurait quasiment profité du Mercato d’été 2019 pour couvrir le prêt de 40,9 M€ contractée par sa filiale football à la « maison mère » (14,7 M€ ont déjà été remboursés). Avec la vente de Valentin Rongier, le FCN devrait afficher une balance achats-ventes de joueurs positive de 25 M€.


Arnaud Carond