FC Nantes : les sombres révélations du rapport final sur le crash de Sala 

true

La Direction des enquêtes sur les accidents aériens (AAIB) a publié son rapport final sur le crash de l’ancien attaquant du FC Nantes Emiliano Sala, le 21 janvier 2019.

Ce vendredi marquait une journée cruciale dans le dossier Emiliano Sala. Disparu en mer en janvier 2019, l’ancien attaquant du FC Nantes devait s’engager en faveur de Cardiff City, mais son avion s’est abîmé dans l’Océan Atlantique une heure après son décollage. Le rapport publié aujourd’hui démontre que le pilote, David Ibbotson, dont le corps n’a jamais été retrouvé, a perdu le contrôle lors d’un virage effectué manuellement. Celui-ci précise aussi qu’Ibbotson, daltonien, n’avait reçu aucune formation préalable pour voler de nuit et que la licence qui lui permettait de piloter un avion monomoteur à pistons, avait expiré trois mois avant l’accident. Aussi, Sala était inconscient au moment du drame en raison du monoxyde de carbone dans son sang.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

Ibbotson était daltonien

« L’enquête a établi que l’avion a décollé de l’aéroport de Nantes, en France, à 19 h 06 le 21 janvier 2019, transportant un passager à titre commercial vers l’aéroport de Cardiff au Royaume-Uni. À 20 h 16, probablement en manoeuvrant pour éviter le mauvais temps, l’avion a été perdu du radar et a percuté la mer à 22 milles marins au nord-nord-ouest de Guernesey. Ni le pilote ni l’avion n’avaient les licences ou autorisations nécessaires pour opérer commercialement », peut-on lire dans le rapport. 

 

« Il s’agit d’un accident tragique aux conséquences mortelles, assure Crispin Orr, inspecteur en chef à la Direction des enquêtes sur les accidents aériens. Une équipe d’enquêteurs hautement expérimentés a travaillé pour examiner tous les aspects du vol afin de comprendre les facteurs qui peuvent avoir causé ou contribué à l’accident. Aujourd’hui, nous avons formulé d’importantes recommandations de sécurité qui, si elles étaient pleinement mises en œuvre, réduiraient considérablement le risque de récidive. »

 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013