FC Nantes : l’initiative de la Brigade Loire connaît un beau succès

true

Plus de 20 000 € sont déjà tombés dans la cagnotte de la Brigade Loire, le groupe Ultra du FC Nantes, engagé dans la lutte contre le Covid-19.

Voilà un bel élan de solidarité, un de plus, en cette époque difficile. Lancée par les supporters du FC Nantes de la Brigade Loire le 27 mars dernier afin de venir en aide au personnel hospitalier nantais, la cagnotte https://www.paypal.com/pools/c/8nJTlABKUQ du groupe Ultra a dépassé les 20 000 €, annonce la BG dans un communiqué. Plus de 900 personnes ont répondu à son appel. Ce jeudi, à midi, le compteur affichait 20 634 €.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Nantes

« Une partie de l’argent récoltée sera dès à présent utilisée pour équiper les salles de pause des soignants, selon leurs différents conseils et demandes, explique la BG. Une autre part des fonds permettra de livrer des denrées alimentaires dans les prochaines semaines, là aussi selon les besoins exprimés par les principaux concernés. Après mûre réflexion, désireux de fournir également du matériel de première nécessité tel que du matériel de protection adéquat, mais ne souhaitant pas alimenter un potentiel commerce parallèle, nous reverserons le reste de la cagnotte au fond de dotation du C.H.U. de Nantes. Nous tâcherons de nous assurer, autant que faire se peut, que ce don servira effectivement les intérêts du personnel soignant dans la lutte contre le COVID-19. Compte-tenu de l’ampleur de la cagnotte, nous avons fait le choix de prendre en compte l’ensemble des services hospitaliers de l’Hôtel-Dieu et de l’Hôpital Nord Laennec. »

 

Une autre BA à l’étude

La BL envisage une autre action si le championnat reprend. « Pour terminer, nous ouvrons la réflexion sur une façon de traduire cette solidarité, jusqu’ici virtuelle et financière, dans notre tribune et notre stade. Lorsque les conditions sanitaires permettront au football de reprendre ses droits dans les meilleures conditions possibles (et donc avec son public), viendra alors le moment de mettre en lumière celles et ceux vers qui notre soutien s’est tourné pendant ces très longues semaines. Car nous n’imaginons pas avoir engagé une telle démarche sans que celle-ci ne soit prolongée dans notre lieu de vie et d’expression. Si le football peut véhiculer, par les intérêts financiers qu’il génère, une sombre image en ces temps difficiles – comment est-il possible de souhaiter une reprise anticipée et « coûte que coûte » du championnat dans un tel contexte ? – il démontre aussi, par son aspect populaire, qu’il est capable d’être un formidable et puissant vecteur de solidarité. »