FC Nantes – Mercato : Abdoulaye Touré a aussi eu des offres en France !

FC Nantes - Mercato : Abdoulaye Touré a eu des offres en France

Buteur face à Montpellier (1-0), Abdoulaye Touré en a profité pour évoquer sa situation. Selon le capitaine du FC Nantes, certains lui mettent des bâtons dans les roues lorsqu’il a l’opportunité de partir…

A deux jours de la fin du mercato, êtes-vous que vous serez toujours Nantais cette saison ?

On est sûr que de mourir… Pour l’instant je suis là, mais jusqu’au 2 septembre il peut se passer beaucoup de choses. Mais si je suis amené à rester ici, je ferai le travail comme j’ai l’habitude de le faire.

Avez-vous reçu des offres concrètes ?

On en a eu, oui, mais dans le mercato, il faut toujours que les parties se mettent d’accord. Ca n’a pas été le cas. Mon cas n’a pas été facilité d’un certain côté…

Vous avez l’impression qu’on ne vous traite pas de la même façon ?

De toute façon ça a toujours été comme ça… Je ne vais pas faire mon Calimero… Je vais prendre mon mal en patience. Si je suis toujours Nantais, je ferai min travail jusqu’à la fin.

Avez-vous été surpris de la décision de Valentin Rongier de ne pas jouer face à Montpellier ?

Non, je respecte son choix. C’est normal, c’est une réaction de tout footballeur, celle de ne pas prendre de risque d’ici la fin du mercato s’il est amené à partir. Je comprends son choix.

Un choix que vous n’avez pas fait, vous…

Valentin c’est Valentin, moi, c’est moi.

Le club vous bloque aujourd’hui ?

Posez la question aux personnes concernées ! Moi, comme j’ai dit, mon transfert n’a pas été facilité. Je ne vais pas me plaindre, j’ai la chance de faire le métier qui me plaît.

Vous aviez des possibilités de partir à l’étranger, ou en France ?

J’avais en effet plusieurs possibilités, en France et à l’étranger. Mais je le répète, je suis Nantais.

Le fait d’avoir hérité du brassard, c’est important ?

Oui c’est important pour moi qui a été formé ici. C‘était une première pour moi à la Beaujoire. C’est une concrétisation d’un travail qui dure depuis des années. Je suis fier.

Votre travail est-il considéré à sa juste valeur ?

Le coach en place depuis plusieurs semaines a bien vu ma mentalité. Il me récompense en tant que capitaine. A moi de lui rendre cela sur le terrain.

Vous êtes allé le remercier après votre but…

Oui ! Depuis qu’il est arrivé, avec tout ce qui se passe, le mercato, il a montré qu’il avait confiance en moi. Je me suis senti obligé d’aller le remercier.

Charles Guyard, à Nantes