FC Nantes – Mercato : les Canaris face à la difficile équation Emiliano Sala

FC Nantes : Vahid Halilhodzic n'a pas digéré l'arbitrage mais fixe le cap maintien

Très dépensier durant l’été 2018, le FC Nantes doit désormais se serrer la ceinture et vendre en janvier. Le dossier Emiliano Sala sera au cœur de l’hiver.

Les moyens :

L’achat d’Anthony Limbombe à Bruges (entre 8 et 10 M€) n’ayant pu être totalement couvert par des ventes en fin de marché (échec du départ de Lucas Lima en Russie le 31 août), Waldemar Kita se retrouve dans l’obligation de faire une grosse vente en janvier ou au plus tard le 30 juin pour rééquilibrer les comptes du club. Arrivé avec un effectif déjà constitué par son prédécesseur, Vahid Halilhodzic n’aura donc pas le loisir d’apporter des corrections. Une situation que le Bosnien a rapidement intégré dès qu’il a rejoint les Canaris. La vente ou non d’Emiliano Sala, en fin de contrat en 2020 et refusant actuellement de prolonger, pourrait être la clé de voûte de l’hiver.

Les besoins :

Dans une interview au Figaro il y a quelques semaines, Vahid Halilhodzic a été très clair : «Il n’y a pas d’envies particulières parce que je ne peux rien faire. Il y a une dizaine de joueurs qui pourraient quitter le club. Mais il n’y a pas d’argent pour recruter. Ça a été clairement et honnêtement établi. Pas la peine de fantasmer. Il n’y a pas d’argent (…) Pour le mercato, il n’y a pas beaucoup d’illusion, pas beaucoup d’ambition ». Il a répété à chaque fois le même discours depuis. Dans l’idéal, le Bosnien aimerait récupérer un latéral droit et remplacer ses partants à des postes clés (en attaque ou en défense centrale) mais il faudra pour cela que les ventes réalisées soient plus importantes que prévues.

A Nantes, les principaux chantiers de l’hiver sont les suivants : trouver des portes de sortie aux boulets en marge de l’effectif (Sigthorsson, Menig, Kacaniklic), dégager de l’argent sur une (ou plusieurs) belle(s) vente(s) sans déséquilibrer l’effectif ou être contraint à céder Emiliano Sala et finir de mettre en place une véritable cellule de recrutement à la Jonelière. Le programme est d’autant plus copieux qu’il peut être l’objet de tension entre Vahid Halilhodzic et Waldemar Kita.

Les premières pistes :

A moins qu’Emiliano Sala ne quitte la Cité des Ducs pour un chèque supérieur à 25 M€ (dont 50% irait aux Girondins de Bordeaux), le FC Nantes ne recrutera pas en janvier. Et si l’Argentin part, il faudra le remplacer sous peine de crisper l’entraîneur des Jaune et Vert, catégoriquement opposé à son départ. Le nom de Baghdad Bounedjah (Al-Saad, 28 ans), que Vahid Halilhodzic a connu lors de son passage à la tête de la sélection algérienne, circule. Le Bosnien aurait glissé d’autres noms à Waldemar Kita (Lala, Boudebouz, Diallo, Moukoudi), il est peu probable que le club dispose des liquidités pour les faire venir. La piste Falaye Sacko (Guimaraes) a également été évoquée il y a quelques jours à droite de la défense.

Concernant la cellule de recrutement, Vahid Halilhodzic a obtenu un premier renfort de poids en la personne de Cherif Oudjani. Une arrivée qui fait du bien après les refus de Bruno Baronchelli et Stéphane Pédron d’intégrer les Canaris. Cela ne devrait cependant pas être la seule dans la cellule de supervision. Pour rappel, Patrice Loko a proposé ses services sur notre site

Alexandre CORBOZ