FC Nantes – Stade Rennais : les anciens de 2005 veulent voir les Canaris vaincre enfin le signe indien !

FC Nantes – Stade Rennais : les anciens de 2005 veulent voir les Canaris vaincre enfin le signe indien !

Le FC Nantes reçoit le Stade Rennais ce dimanche (15h), avec l’ambition de mettre un terme à une vilaine série : il faut remonter au 15 janvier 2005 pour trouver trace du dernier succès des Canaris à la Beaujoire (2-0) !

Ouest-France, samedi, a publié un article où les derniers vainqueurs du FC Nantes face au Stade Rennais à la Beaujoire racontent leurs souvenirs. C’était il y a 13 ans. A la lecture de la compo nantaise, l’ancien ailier Olivier Monterrubio, formé à Nantes mais Rennais ce soir là, n’a pu s’empêcher de glisser à Loïc Folliot, le journaliste de Ouest-France : « C’est que tu te rends compte qu’on a été vraiment mauvais ! »

C’est Claudiu Keserü qui avait ouvert le score, pour sa première titularisation. Serge Le Dizet, le coach nantais de l’époque, se souvient : « Claudiu, je l’avais eu en jeunes. Il manquait de vitesse, mais je savais que s’il avait une occasion, il la mettrait au fond. C’était une période tendue, même s’il y en a eu d’autres par la suite. Il fallait rassurer le groupe. Dans le discours, je m’étais appuyé sur mes illustres prédécesseurs. Je me souviens avoir relancé Olivier Quint, qui correspondait aussi aux valeurs club, qui avait la capacité à comprendre le foot qu’on souhaitait mettre en oeuvre ».

Nicolas Savinaud, auteur du but du break sur penalty, avait apprécié le moment lui aussi. « Ça nous tenait à coeur de garder notre invincibilité. Cette victoire a forcément eu un impact même s’il restait 17 matches derrière. Elle a déclenché quelque chose, c’est un élément fondateur. Au lieu de nous mettre la tête dans le seau, elle nous a redonné confiance, face à notre meilleur ennemi. »

Et à lui, d’avouer, non sans humour, avant le derby de dimanche après-midi.  « J’espère que les journalistes arrêteront de m’appeler la saison prochaine pour évoquer la dernière victoire nantaise à la Beaujoire». Ce serait bon signe pour les Canaris, effectivement.

Laurent HESS