OL – LOSC (0-1) : les 3 Tops et les 3 Flops de la rencontre

false

A l’issue d’un choc de Ligue 1 qui n’a pas forcément tenu toutes ses promesses, le LOSC a surpris l’OL dans son Groupama Stadium (0-1, but de Jonathan Ikoné). Ce qu’il faut retenir.

Les 3 Tops :

Jonathan Ikoné

Christophe Galtier misait beaucoup sur “l’un des deux Jonathan” pour aller chercher son premier succès de la saison à l’extérieur sur la pelouse de Lyon. C’est finalement Ikoné qui lui a répondu en marquant le seul but du match, à la finition d’une action où il a bien senti le coup. 

Benjamin André

Dans un match tendu où il faut des guerriers, l’ancien Rennais est comme un poisson dans l’eau. Comme souvent, André a pris des coups, en a mis quelques uns mais surtout il conduit le milieu vers une récupération haute. C’est d’ailleurs sur l’une d’être elle que la lumière est venue.

Anthony Lopes

Ce n’est pas forcément bon signe quand, au moment de chercher un Lyonnais à ressortir d’un match, on s’arrête sur lui. Maintenant, avec Memphis Depay (l’un des rares à créer des différences devant), Lopes n’a pas grand chose à se reprocher. Il ne peut rien sur le but des Dogues. Il a été performant dans les sorties et, pour paraphraser le mythique Gordon Banks devant Pelé, le Portugais a sorti un but que Victor Osimhen pensait avoir marqué (10e). 

Les 3 Flops :

Marcelo

Comme souvent ces derniers temps, quand l’OL prend un but, il n’est jamais très loin. Encore une fois, Marcelo est directement impliqué au travers d’une relance complètement ratée qui finit directement dans les pieds de Benjamin André. Alors que le bloc commençait à remonter, ce genre d’erreur ne pardonne pas.

Martin Terrier

Positionné en second attaquant derrière Memphis Depay (comme face à Leipzig), l’ex-international Espoirs n’a pas existé contre son club formateur. Trop  souvent loin des coups, errant comme une âme en peine sur le front de l’attaque. S’il a eu quelques (rares) éclairs, Jeff Reine-Adélaïde a été beaucoup moins inspiré que ces derniers temps. Comme si le retour de Memphis Depay l’avait inhibé… L’ex-Angevin était d’ailleurs beaucoup mieux après sa sortie.

Domagoj Bradaric

Dans une équipe nordiste solidaire et qui a parfaitement su gérer les évènements pour ramener les trois points du Groupama Stadium, le Croate est sans doute celui qui a le plus souffert sur son côté. Les Gones avaient d’ailleurs senti la faiblesse en appuyant sur les débordements de son côté. Il s’est accroché à défaut d’avoir été brillant. 

Alexandre CORBOZ, au Groupama Stadium.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008