Vincent Labrune (LFP)
Vincent Labrune (LFP)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
SCÉNARII

OL - OM : 2 options pour les sanctions après les incidents, la LFP enfin prête à frapper fort ?

Réunie en urgence lundi au lendemain de l’arrêt définitif de OL-OM, la commission de discipline de la LFP a décidé de mettre le dossier en instruction. Et a décrété, à titre conservatoire, un huis clos total du Groupama Stadium jusqu’au prononcé des sanctions définitives. À quoi peuvent-elles ressembler ?

Zapping But! Football Club Top 10 : les contrats de sponsoring maillots les plus lucratifs

La première sanction est tombée après les incidents survenus dimanche lors du choc entre l’OL et l’OM suite au jet de bouteille sur Dimitri Payet. Le Groupama Stadium sera à huis clos total pour la réception du Stade de Reims le 1er décembre jusqu’au prononcé des sanctions définitives. « Dans ce type de dossier, l’instruction est obligatoire au vu des règlements car le match n’est pas allé à son terme. C’est tout simplement la procédure », confie dans L’Équipe Sébastien Deneux, le président de la commission de discipline. Les sanctions seront rendues à l’issue de l’instruction lors de la séance du 8 décembre, où la commission devra déterminer la responsabilité de l’OL dans les incidents et le sort du match.

À date, deux hypothèses se dégagent, basées sur deux jurisprudences différentes. D’abord celle de Metz-Lyon du 3 décembre 2016. À l’époque, un pétard avait atteint Anthony Lopes. Le match avait été arrêté à la 31e minute et n’avait pas repris. La commission de discipline avait infligé deux points de pénalité à Metz (assortis de sursis en appel) et le match avait été donné à rejouer à huis clos. Cette saison, il y a aussi eu un précédent entre Nice et l’OM, le 22 août, avec un match arrêté à la 75e minute en raison de jets de projectiles sur Payet (déjà) et d’un envahissement de terrain. La rencontre a été rejouée le 27 octobre à Troyes (1-1), à huis clos, et Nice a écopé d’un point de pénalité.

La seconde jurisprudence concerne Bastia-Lyon du 16 avril 2017. Avant le coup d’envoi, des supporters corses étaient descendus sur la pelouse et s’en étaient pris aux joueurs lyonnais. Puis d’autres incidents avaient perturbé la rencontre. La commission de discipline avait donné match perdu aux Bastiais et délocalisé trois de leurs rencontres, disputées à huis clos. « Une certitude dans cette affaire : l’OL risque gros, précise le quotidien sportif. D’autant que l’incident a eu lieu en tout début de match sans qu’il n’y ait eu de soucis sur le terrain entre les deux équipes ni de provocations marseillaises. Un autre élément sera pris en compte : ces débordements ont eu lieu après une série d’incidents depuis le début de saison, ce qui ne va pas inciter la commission à faire preuve de la moindre clémence. »

Pour résumer

Réunie en urgence lundi au lendemain de l’arrêt définitif de OL-OM, la commission de discipline de la LFP a décidé de mettre le dossier en instruction. Et a décrété, à titre conservatoire, un huis clos total du Groupama Stadium jusqu’au prononcé des sanctions définitives. À quoi peuvent-elles ressembler ?

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert