OM, ASSE, FC Nantes, LOSC : un kit de survie arrive pour sauver le Mercato !

true

Le report de l’Euro en 2021 et le décalage temporel des championnats nationaux va forcément impacté le prochain mercato. Certains clubs de L1 doivent s’adapter.

L’UEFA a tranché : l’Euro se jouera en 2021. En raison du coronavirus, la Ligue des champions et la Ligue Europa sont également gelées. Tout cela a des conséquences sur la suite de la saison dans les championnats nationaux que l’instance européenne aimerait boucler dans l’idéal avant le 30 juin prochain. Comme l’explique L’Équipe dans son édition du jour, l’impossibilité de terminer les championnats limiterait les rentrées financières des droits TV. Il aurait aussi, sans aucun doute, des conséquences sur le marché des transferts de l’été prochain. « Il s’écroulerait, prédit, défaitiste, un dirigeant français dans le quotidien sportif. Et des clubs feraient faillite. » 

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

Nous n’en sommes pas encore là. Loin de là. Les agents sont même déjà en train de changer leur approche du mercato. « Le mercato aura un tout autre visage, c’est certain, confirme Yvan Le Mée au Phocéen. Concernant les agents, nous sommes normalement en voyage au moins quatre jours par semaine, et tout est évidemment annulé. On ne peut plus aller voir les clubs, les joueurs et prendre des rendez-vous. »

Un Mercato Wyscout va se mettre en place

Le Mée se met à la page et semble persuadé que les clubs les plus regardants vont en faire de même en misant sur une nouvelle stratégie. « Entre nous, on dit que l’on va avoir un mercato Wyscout (célèbre logiciel de recrutement), ce qui signifie un mercato vidéo, explique l’homme d’affaires. Il va y avoir un gros travail entre les directeurs sportifs et les analystes-vidéo au sein des clubs. Ces derniers sont toute la journée dans leurs bureaux à regarder des matches et des statistiques. Le poids des responsabilités sur ce mercato va reposer beaucoup plus sur eux, car les décideurs ne peuvent plus aller au stade. En temps normal, les directeurs sportifs souhaitent voir le joueur en live une dizaine de fois avant de se décider. Là, ils se contenteront de regarder les vidéos. »

 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013