PSG : après l’OM, Leonardo a commis une bourde fatale avec Doha et les Ultras !
Leonardo (PSG)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
DIGRESSION

PSG : après l’OM, Leonardo a commis une bourde fatale avec Doha et les Ultras !

Leonardo n’a pas marqué beaucoup de points mardi en discutant avec les supporters. Sa boulette sur l’OM n’est pas la seule à avoir mis les fans du PSG en rogne.

Leonardo devrait être refroidi pour un petit moment. Si l’idée de partager un chat avec les supporters du PSG partait d’un bon sentiment, une boulette du directeur sporif parisien n’est pas passée inaperçue avec l’OM. Évoquant la portée qu’aurait une victoire en Ligue des champions, Leonardo a observé :

« Ça serait unique ! Parce c’est quelque chose qui s’est construit de Daniel Hechter à aujourd’hui. On parle de 50 ans, ce n’est pas beaucoup. (…) Les clubs qui ont gagné dans les années 1970 comme l’Inter ou l’Ajax ont été fondés dans les années 1890. Il y a une culture dans la ville à construire. Paris, par exemple, ça n’a jamais été exactement la ville du foot. C’est toujours Marseille. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU PSG

Au sein du PSG, le message de Leonardo passe mal

Cette dernière formule a vite tourné sur les réseaux sociaux, isolée du reste du propos : « À Paris, il y a tellement de choses à faire. Quand je jouais ici, on jouait le vendredi parce que le samedi et le dimanche, il y avait d’autres activités. » Une allusion à la richesse de la vie culturelle dans la capitale qui ne suffit manifestement pas à calmer certains esprits à la Factory, le siège du PSG. RMC Sport précise en effet que le « discours n’est pas passé. Dans le vestiaire parisien, on voulait plutôt noter la "maladresse" du directeur sportif, plus qu’une volonté de mettre en avant Marseille. »

 

« On est juste une partie administrative »

Au niveau des ultras du PSG, un autre message de Leonardo reste amer. « Mon rôle est lié au sportif. De construire une équipe, de gagner des matches. Toutes les choses administratives, ce n'est pas moi », a ainsi lâché le champion du monde 1994 à la question de savoir pourquoi il n'était pas plus proche des supporters parisiens. Romain Mabille, figure de proue du CUP, s’est étranglé : « On est juste une partie administrative mdr. »