PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes, RC Lens : Daniel Riolo a 2 solutions pour régler le litige Mediapro
Daniele Riolo Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
CRASH

PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes, RC Lens : Daniel Riolo a 2 solutions pour régler le litige Mediapro

Daniel Riolo désigne le responsables et avance deux solutions pour solder le crash Mediapro, qui l’oppose la LFP pour le règlement des droits TV.

Le sujet LFP-Mediapro commence à être un dossier sensible en France. Le groupe audiovisuel sino-espagnol, principal diffuseur du football français, a demandé à renégocier son contrat pour les droits TV. Ce que la Ligue a refusé, en refusant également un délai de paiement pour l’échéance d’octobre. Tout cela a provoqué un vent de panique au sein des clubs professionnels, dont les finances dépendent en grande partie des droits TV. Si la situation s’enlise, les conséquences économiques pourraient être terribles pour certaines équipes, qui risquent la faillite.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OM

Riolo désigne les responsables du fiasco Mediapro

Daniel Riolo avait alerté sur ce sujet il y a déjà quelque temps et désigne aujourd’hui les responsables de ce fiasco. Ils ont tous applaudi Roures, le boss de Mediapro, quand il a fait son grand discours mobilisateur. Avec ce milliard, tout allait devenir possible. "Ils", ce sont nos chers présidents de L1, souffle-t-il sur son blog. Un comité de pilotage a préparé le mariage avec Mediapro. Ils étaient tous là: Eyraud, Aulas, Caïazzo, Rivère, Vasilyev, Chabane, Graille, Michy, Denisot, les gens de la LFP, Boy de la Tour, Quillot et Ficot et le cabinet Clifford Chance, cabinet d’avocats d’affaires internationales représenté par Yves Wehrli. Aujourd’hui pas un président ne répond. Ils refusent d’évoquer le sujet. Chacun est retourné compter ses sous dans son coin. Ca doit être ça le sens des responsabilités. »

 

« Ceci en échange d’un petit cadeau genre avantage fiscal... »

Pour faire avancer les choses, le consultant de RMC Spot avance deux solutions. « Soit la Chine accepte de payer en envisageant que le produit devienne rentable, en se disant que même s’il y a des pertes. Dans ce cas, ils virent Roures qui les a mis dedans avec son interview catastrophique de la semaine dernière. Sorte de coup de bluff minable que la LFP a repoussé, pousuit-il. Soit, fin de l’histoire, la Chine dit stop car tout cela est trop cher. La LFP organise alors un nouvel appel d’offre au plus vite et on tente de récupérer auprès de nouveaux diffuseurs une somme décente pour ne pas finir dans le caniveau. Le gouvernement peut dans ce cas intervenir our sauver notre foot en demandant aux grands patrons de venir acheter la L1. Ceci en échange d’un petit cadeau genre avantage fiscal, évidemment.