PSG – Atalanta (2-1) : la presse française adoube Choupo-Moting, l'italienne salue Bergame
par Mathias Merlo

PSG – Atalanta (2-1) : la presse française adoube Choupo-Moting, l'italienne salue Bergame

Après le quart de finale exaltant, les médias ont commenté allègrement la qualification du PSG face à une Atalanta, jugée valeureuse.

 

Mercredi soir, le PSG a rallié les demi-finales de la Ligue des Champions. Au terme d'un match renversant, les hommes de Thomas Tuchel sont venus à bout de l'Atalanta Bergame grâce à des buts de Marquinhos et Choupo Moting en toute fin de partie (2-1).

Ce dernier a été prépondérant pour la qualification du PSG. Le Camerounais a fait une entrée fracassante en étant impliqué sur les deux réalisations des Rouge et Bleu. Logiquement, la presse française fait ses gros titres sur la performance remarquée de Choupo Moting. L'Équipe consacre un article entier sur la rentrée de l'ex-buteur de Stoke City en titrant "Chapeau Moting". Interrogé par le Parisien au sortir de la rencontre, des supporters du club de la capitale, sous l'émotion, ont lancé un "Choupo-Moting, président !". Dans son papiers, le média rend hommage à l'avant-centre décrié le comparant à un "héros".

De l'autre côté des Alpes, c'est la soupe à la grimace. L'Atalanta Bergame était le dernier candidat italien à pouvoir soulever la reine des compétitions européennes. Mais, les Transalpins ont rendu hommage à la bluffante et valeureuse équipe de Gasperini. "Fier de vous" lance Tuttosport sur sa UNE. Tout un pays était derrière les équipiers de Papu Gomez. La Gazetta Dello Sport, plus dans l'émotion, titre "Comme ça, nooooooon !".

En Europe, ce premier quart de finale a fait parler. En Espagne, les médias racontent la prestation XXL de Neymar digne de celle d'un "Ballon d'or" (Marca). Pour Mundo Deportivo, la star brésilienne a "survécu" au poil à gratter italien. As évoque même une... "remontada" ! En Allemagne et en Angleterre, on revient sur le "match winner" de Choupo-Moting, qui a volé les éloges prévues à Mbappé et Neymar.