PSG : Juninho, Neymar, son avenir… Les vérités de Raï

true

Classé en tête des Brésiliens inoubliables de Ligue 1 par France Football, Raï s’est confié dans les colonnes de l’hebdomadaire, donnant son avis sur certains compatriotes.

Classé en tête des Brésiliens inoubliables de Ligue 1 par « France Football », Raï s’est confié dans les colonnes de l’hebdomadaire, donnant son avis sur certains compatriotes.

A lire aussi : Tous les articles sur le PSG

Sur le lien du PSG avec le Brésil

« Le lien entre mon pays et le club durera toujours. Regardez l’influence de Thiago Silva et de Marquinhos sur le terrain. On ne peut pas imaginer une saison du PSG sans un Brésilien dans un rôle important ».

Sur Juninho (2e) du classement et directeur sportif de l’OL

« J’ai appris à le connaître de 2015 à 2017, dans le cadre d’une formation de management sportif supervisée par l’UEFA. Lors de divers séminaires dans de grandes villes d’Europe, nous avons échangé. J’ai mesuré qu’il a mille idées pour améliorer le football, il est très impliqué dans la réflexion sur la formation des entraîneurs, en particulier au Brésil. L’OL a de la chance de l’avoir comme directeur sportif. D’ailleurs, il réactive le lien entre le club et le Brésil ».

Sur Neymar

« Je l’admire beaucoup. Paris a la chance de posséder un génie du jeu. Il l’a démontré maintes fois, encore récemment contre Dortmund. Il a les moyens de mener le club jusqu’au bout de ses ambitions. Ce n’est pas évident d’être Neymar, c’est un phénomène dont chaque geste est scruté dans le monde entier, ce n’est pas facile pour lui. Mais il est en train de construire son histoire avec paris et je suis certain qu’elle sera très belle. La qualification face à Dortmund n’est qu’un chapitre. Par ses larmes après la victoire, il a révélé son côté humain, toute la volonté qu’il a en lui pour faire gagner le PSG ».

Sur son avenir

« Depuis deux ans et demi, je suis directeur sportif du Sao Paulo FC. J’apprends beaucoup. Je compte, un jour, avoir une expérience en Europe. Ma femme a vécu douze ans à Londres. Ça peut être l’Angleterre, la France, pourquoi pas Paris ? Je dois mûrir mon projet ».