PSG – OL (4-2) : arbitrage, Leonardo, psychose pré-Dortmund… Ménès vide son sac

true

Sur son blog, Pierre Ménès a analysé la rencontre PSGOL (4-2). L’occasion pour lui de passer un coup de gueule contre l’arbitrage et le climat anxiogène avant Dortmund.

S’il s’est régalé devant PSGOL (4-2) dimanche soir, Pierre Ménès a quand même trouvé quelque chose à redire à l’issue du choc de Ligue 1. Sur son blog, après avoir refait le déroulé du match et taclé une nouvelle fois Presnel Kimpembe (fautif à ses yeux sur les deux buts lyonnais), le consultant du CFC a tapé sur l’arbitrage de la rencontre.

A lire aussi : Tous les articles sur le PSG

« Le moins bon sur la pelouse a encore une fois été monsieur Turpin, qui aurait très bien pu expulser Kimpembé pour une faute sur Dembélé qui annihilait clairement une occasion de but. Mais il aurait aussi dû donner un péno à Paris en fin de match pour une faute de Rafael sur Sarabia et comment est-il possible qu’il n’ait pas expulsé Marcelo, dont le comportement sur le terrain est régulièrement inadmissible, pour son coup de pied volontaire à Mbappé ? », a-t-il d’abord écrit.

« Je me mets à la place de Leonardo (..) ça doit être fatiguant »

Pierre Ménès est ensuite revenu sur l’intervention de Leonardo sur Canal+ après la rencontre, évoquant une « masterclass de communication » : « Le Brésilien a réglé des comptes, asséné aussi quelques vérités. Notamment sur le fait que le PSG est dans une super dynamique et qu’il n’y a pas tant de raisons que ça d’avoir peur de Dortmund, mis à part une hypothétique malédiction qui frapperait le club ».

Et l’ancien journaliste de « L’Equipe » y est aussi allé de son coup de gueule : « Quand Haaland a marqué 7 buts lors de ses 3 premiers matchs, c’est tout juste s’il n’allait pas détruire le PSG à lui tout seul. Mais quand Dortmund perd 4-3 à Leverkusen ce week-end, je n’entends pratiquement rien à ce sujet. Il y a aujourd’hui une psychose savamment entretenue par certains, parce qu’évidemment le PSG qui se vautre en 8e de finale de LDC ça fait plus vendre que s’il se qualifie. Je me mets à la place de Leonardo. Quand tu es directeur sportif du club, ça doit être assez fatigant… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008