PSG – OL (4-2) : les quatre leçons de la victoire contestée des Parisiens

true

Le PSG a longtemps cru à une balade à domicile face à l’OL. Finalement, les Parisiens auront souffert jusqu’au bout (4-2).

Une fébrilité inquiétante avant Dortmund ?

A dix jours de retrouver le Borussia Dortmund en huitième de finale de Ligue des champions, le PSG passait un gros test face à l’autre club français engagé en C1. Alors que la première période a donné des gages d’assurance avec une belle maîtrise collective, le PSG a ensuite inquiété au retour des vestiaires. Le troisième pouvait pourtant permettre aux Parisiens d’être tranquilles, mais les hommes de Thomas Tuchel ont retrouvé des comportements un peu trop familiers au printemps. L’OL en a profité pour inscrire deux buts et croire en un improbable exploit au vu des 50 premières minutes. De quoi donner quelques certitudes à Lucien Favre ?

Cavani rassure Paris, Di Maria meilleur sans Neymar ?

Dans un PSG qui s’avançait vers une fin de match délicate avec l’OL revenu à un petit but, la lumière est venue d’Edinson Cavani. Entré en jeu à la 76e minute sous l’ovation du Parc des Princes, l’Uruguayen n’a mis que trois minutes à délivrer les siens. Son 199e but n’est pas le moins important, loin de là, et montre à Thomas Tuchel que Cavani restera important jusqu’à son dernier match sous le maillot parisien. Au rang des performances individuelles, on notera également la très belle performance d’Angel Di Maria, notamment intenable et buteur en première période. Bizarrement, c’est quand Neymar n’est pas sur le terrain que l’ailier argentin semble donner sa pleine mesure.

Un effet Garcia difficile à mesurer

Comment interpréter l’influence de Rudi Garcia à la vision de la performance collective des Gones ? Est-ce le coach lyonnais qui a donné la consigne à ses joueurs d’effectuer un pressing très osé en début de match, qui a rapidement offert des boulevards aux joueurs parisiens ? Ou au contraire ses joueurs n’ont pas répondu à ses attentes et Garcia a trouvé les ressorts pour entamer une remontada qui n’aura pas été jusqu’à son terme… En tout cas, le coach lyonnais aura encore vu s’échapper un choc de haut de tableau. Une constance peu rassurante.

Lopes flanche, difficile baptême pour Cherki

En bon capitaine de l’OL, Anthony Lopes est attendu pour donner l’exemple par ses performances sur la pelouse. Seulement, le portier lyonnais n’a pas franchement été à son avantage sur la pelouse du Parc des Princes. Pas franchement inspiré sur le but de Di Maria, Lopes a également effectué une sortie hasardeuse sur le but gag de Marçal. La curiosité du soir, côté lyonnais, était la première titularisation de Cherki en Ligue 1. Le jeune prodige lyonnais s’est montré volontaire, notamment au moment où les Gones semblaient au plus mal. Mais sans faire de vraies différences, son baptême se révèle décevant.

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014