PSG : pourquoi l’histoire avec Cavani ne pouvait que mal se terminer

true

S’il aime se sacrifier sur le terrain, Edinson Cavani n’est en revanche pas du genre à faire de compromis avec ses clubs. Le PSG, comme le Napoli ou Palerme avant, ont pu le vérifier.

Sur RMC, Daniel Riolo avait demandé à ce qu’Edinson Cavani s’exprime une dernière fois avant de partir afin d’évacuer les doutes à son sujet. Le fait que l’idole du Parc n’ait pas voulu prolonger son contrat jusqu’en août et prendre part à la fin de l’aventure en Champions League laissait à penser qu’il n’était finalement qu’un mercenaire faisant peu de cas d’un club lui ayant beaucoup donné depuis 2013. Depuis, l’Uruguayen ne s’est toujours pas engagé avec un autre club. Et il ne s’est pas non plus exprimé. Ancien directeur sportif de Palerme, Rino Foschi a expliqué à son sujet dans La Gazzetta dello Sport : “Edinson Cavani demande 12M€ en net par an, sur deux ans. Personne ne peut se le permettre en Serie A. Après… si Lautaro part de l’Inter, Cavani pourrait résoudre les problèmes de l’Inter”.

A lire aussi : Tous les articles sur le PSG

Parti fâché de Palerme et Naples

Ce qu’il faut retenir de cette déclaration, c’est que le Matador fait passer ses intérêts avant tout, ce qui n’est pas une critique. Mais ce qui lui vaut souvent de partir fâché avec ses employeurs. En janvier 2007, il a poussé pour rejoindre Palerme alors que le Danubio était engagé dans la lutte pour le titre de champion d’Uruguay. A l’été 2010, Palerme avait plusieurs propositions pour lui, toutes plus élevées que celles du Napoli. Mais Cavani ne voulait signer qu’au SSCN, car il était certain d’y être titulaire et que le salaire y était meilleur. Les Siciliens ont dû se résoudre à un transfert de 17 M€, alors qu’ils auraient pu prétendre au double s’il avait accepté de partir en Russie, par exemple. Quand le PSG a accepté de verser 66 M€ pour lui à l’été 2013, là encore, Cavani avait le choix. Car le Napoli n’avait pas besoin de le vendre. Au contraire, il aurait aimé le garder pour continuer sa progression et se rapprocher du Scudetto. Les supporters l’ont supplié de rester, multipliant les marques d’affection à son égard. Au final, pour sa progression mais aussi pour son porte-feuille, il a préféré rejoindre Paris.

Un dernier challenge très important

Au regard de son parcours, il était donc quasiment évidemment qu’Edinson Cavani allait quitter le PSG dès la fin de son contrat. A son âge, le risque d’une blessure est grand après une coupure aussi longue que celle imposée par la Covid-19. Raison pour laquelle il a préféré dire non à une petite rallonge de contrat. En août, pendant que ses anciens coéquipiers se rapprocheront peut-être du rêve d’une victoire finale en C1, lui débutera sa nouvelle aventure avec son nouveau club en suivant une préparation progressive, idéale pour un joueur de 33 ans.

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001