RC Strasbourg : Aulas, ASSE, reprise… Laurey fait passer des messages cuisants

true

Dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’entraîneur du RC Strasbourg a faut passer des messages cinglants sur plusieurs sujets qui lui tiennent à cœur. Morceaux choisis :

Un clin d’œil douloureux à Ghislain Printant

« J’ai toujours voulu m’inscrire dans la durée, que ce soit comme joueur ou entraîneur, mais les aléas d’une carrière en décident parfois autrement. Notre boulot, c’est d’amener un projet et de pouvoir bénéficier de temps pour le mettre en place. Je trouve toujours regrettable le fait de voir des collègues se faire dégager après seulement quatre mois… Mais à Strasbourg, Marc Keller et les décideurs me font confiance. Je les remercie et j’en suis très heureux. Strasbourg est une ville qui me plaît et où je me sens bien, c’est le club qui me correspond le mieux. C’est peut-être le projet de ma vie. Mais je ne suis pas dupe. Si les résultats sont moins bons, on sait ce qui peut arriver. »

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

Le bilan de la reprise de l’entraînement au RC Strasbourg

« Le bilan des trois semaines d’entraînement qu’on a bouclées ce vendredi est très bon. On a tous vu que le fait de reprendre, avec des règles strictes et une bonne organisation, ne posait aucun problème. On avait deux séances obligatoires par semaine, une autre sur la base du volontariat. Et celle-ci était quasiment complète à chaque fois. Le championnat a repris en Allemagne, il va reprendre en Italie, en Espagne et en Angleterre. » 

La position d’Aulas et les championnats étrangers 

« Sur le fond, Aulas a raison, on aurait pu attendre de voir comment la situation évolue avant de trancher. Mais sur la forme, en revanche… Les discussions stériles des dernières semaines n’ont pas donné une bonne image du foot français. J’aurais préféré que l’on fasse un peu plus profil bas. On parle quand même de 28 000 morts dans le pays. Dans ces conditions, il faut garder la raison. L’État avait peut-être besoin d’un geste symbolique pour montrer que cette épidémie était à prendre au sérieux. C’est tombé sur le sport de haut niveau. Il faut l’accepter. »