RC Strasbourg : l’OM, ses galères, son avenir… Les vérités de Mohamed Simakan

true

Révélation du RC Strasbourg cette saison, Mohamed Simakan s’est longuement confié dans les colonnes de « L’Equipe » ce dimanche. Morceaux choisis.

Sur l’OM

« Je me suis mis à kiffer ce club, la ferveur, ces joueurs qui se battaient pour le maillot, comme Mamadou Niang. Ça a été un coup de foudre. Quand on m’a proposé d’intégrer l’OM, ça a été extraordinaire. J’y ai vécu des moments incroyables, c’est impossible de dénigrer ce club qui m’a fait grandir ».

A lire aussi : Tous les articles de RC Strasbourg

Sur son départ de l’OM en 2015

« Le contrat fait un peu partie des causes, mais ce n’est pas que ça. À ce moment-là, tu penses plus à profiter, à être heureux, qu’à être pro. C’était une période où j’avais du mal à retrouver mes repères dans le foot, je perdais du plaisir et mes parents le voyaient. On a préféré aller voir ailleurs ».

Sur ses galères à retrouver un club

« À chaque fois il y avait un petit problème. Parfois ils cherchaient un gaucher ; parfois il fallait que je sois un peu plus physique. Ça a commencé à se chambouler dans ma tête. À partir du moment où tu sors de dix essais et que tu es refoulé de partout, tu commences à te dire que tu n’as peut-être pas le potentiel suffisant ».

Sur son arrivée à Strasbourg

« Quand tu vois le contrat, tu penses à tout ce qui s’est passé avant, c’est fort. Depuis, toute la joie que j’ai, j’essaie de la montrer ici. Je ferai tout pour Strasbourg, c’est devenu ma famille. J’aime cette phrase à l’entrée du centre : « Apprends à être petit pour devenir grand. » J’essaie de devenir un grand garçon ici ».

Sur sa rupture des croisés l’an passé

« Une fois par terre, j’ai compris que c’était mort, je n’avais jamais ressenti une telle douleur. En repensant à tous mes efforts, je me suis renfermé (…) Des gens me disaient que dans 98 % des cas on ne revenait pas de cette blessure. Parfois j’avais la migraine à force d’y penser, même si j’avais déjà connu une longue absence (la maladie de croissance Osgood-Schlatter l’avait freiné quelques mois à l’OM, NDLR). Le coach (Thierry Laurey) m’a dit que c’était une épreuve à surmonter, que lui en était revenu, qu’il comptait toujours sur moi, que cette blessure ne changeait rien à ses yeux ».

Sur son avenir

Questionné sur son avenir et l’intérêt de grands clubs étrangers et notamment allemand (Borussia Dortmund, Leipzig), Mohamed Simakan a certifié en marge de cet entretien qu’il « restera au Racing » pour terminer son éclosion sans risquer un nouvel abysse.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008