Stade de Reims : Jean-Pierre Caillot a dérapé, il fait son Mea culpa !

false

Conscient de ne pas toujours avoir renvoyé l’image d’un dirigeant civilisé, Jean-Pierre Caillot (Reims) le reconnaît sans peine : le foot rend fou.

A la tête d’une petite entreprise locale de transports devenu un grand groupe international, Jean-Pierre Caillot a réussi dans les affaires. Aujourd’hui président du Stade de Reims, le dirigeant y réalise de belles choses. Apprécié de ses confrères à la LFP, le boss champenois n’est toutefois pas fier de tout dans son parcours comme il l’a reconnu, un peu honteux, dans un article de « L’Equipe » sur la folie des présidents de club.

« Tu as des attitudes avec ton club que tu n’as pas dans ton entreprise. J’ai transformé une petite entreprise familiale en grand groupe mais je n’ai jamais pleuré parce que j’avais gagné un gros marché. Alors que, dans le foot, je n’ai pas toujours maîtrisé mes nerfs. J’ai insulté des joueurs, des mecs, que je n’aurais jamais insultés dans ma société. J’ai un mal fou à dormir la veille des matches, et après aussi. Mais quand tu n’as plus cette adrénaline, il faut changer, faire autre chose », a-t-il jugé.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Jean-Pierre Caillot est un dirigeant lucide sur l’image renvoyé par le football français. Surtout pendant la crise du coronavirus où les échanges suite à l’arrêt de la saison ont parfois viré au « grotesque » : « On n’a pas envoyé à l’extérieur une image de gens très respectables ».