Stade de Reims : les 5 choses à attendre du second Mercato
par Alexandre Corboz

Stade de Reims : les 5 choses à attendre du second Mercato

Dans moins d'une semaine, le Mercato de Ligue 1 va ouvrir ses portes pour la deuxième fois. Le point sur ce qu'il peut se passer du côté du Stade de Reims.

Ne pas s'enflammer malgré l'Europe

Qualifié pour le tour préliminaire de la Ligue Europa, le Stade de Reims retrouve les joutes continentales pour la première fois depuis 1963. Un moment important pour les Champenois qui ont déjà largement anticipé leur Mercato avec les arrivées dès cet hiver de Sierhuis, Faes et Touré puis les recrutements de De Smet et Berisha sur le premier marché d'été 2020. Initialement, dans son projet « Horizon 2024 », Jean-Pierre Caillot avait prévu de fermer son recrutement au 9 juillet pour se focaliser sur les quelques départs prévus. L'Europe peut-il changer la donne ? A priori non mais on a déjà vu des clubs se prendre pour d'autres avec des rêves continentaux plein la tête. La tête, Reims devra la garder bien froide pour bâtir un effectif correspondant à ses besoins réels... Avec la possibilité d'enchaîner un match tous les trois jours en phase de groupe de C3.

Régler le cas Axel Disasi

Seul joueur à disposer d'un bon de sortie officiel dans l'effectif : Axel Disasi n'a encore signé nulle part. Il faut dire que la direction rémoise se montre intransigeante sur le rachat de la dernière année de contrat de son défenseur (15 M€). Le Stade Rennais ne souhaite pas payer cette somme. L'OL a réfléchit. A l'heure actuelle, l'AS Monaco semble le mieux placé et proche d'un accord total. Selon L'Equipe, le transfert pourrait même intervenir avant la réouverture officielle du marché la semaine prochaine.

Résister aux assauts étrangers pour Predrag Rajkovic

Vu par son président comme « l'un des meilleurs gardiens d'Europe » (une affirmation vérifiée par son ratio de buts encaissés), le Serbe s'est révélé cette saison en Ligue 1. Dans un marché des portiers toujours particulier, Predrag Rajkovic pourrait faire l'objet de quelques sollicitations. Notamment du côté du Milan AC en cas de départ de Donnarumma ou au FC Séville. Initialement, l'ancien portier de Tel Aviv était prêt à rester au moins deux ans en Champagne mais, entre les déclarations d'un jour et la réalité du lendemain, il y a parfois un gap. L'un des marqueurs forts du Mercato de Reims sera sans conteste de conserver son dernier rempart.

Boulaye Dia, un « demi bon de sortie » toujours actif

Le mois dernier, le président Caillot évoquait sur notre site un « demi bon de sortie » accordé à Boulaye Dia, lequel n'avait pas reçu les offres susceptibles de le faire s'envoler avant le 9 juillet. Dès lors, toute la question était de savoir si l'attaquant serait encore sur le marché au moment de l'arrivée des clubs étrangers. A priori, ce sera encore le cas puisque la vente de l'ancien joueur de Jura Sud a été anticipé en amont, dès janvier dernier avec les arrivées d'El Bilal Touré et Kaj Sierhuis ainsi qu'avec le prêt, transformé en achat, du grec Anastasios Donis. Il faudra quand même une somme à huit chiffres, équivalente à celle de la vente de Rémi Oudin, pour que son départ se matérialise.

Une dernière recrue défensive pour contenter David Guion ?

Si ses dirigeants avaient initialement fermé le Mercato dans le sens des arrivées, David Guion a formulé une ultime requête il y a quelques jours. « Je suis en train de regarder les solutions à ma disposition en défense. Je mène une réflexion pour voir si on a besoin d'une autre recrue », a fait savoir le technicien. Avec le départ d'Axel Disasi, le besoin pourrait s'accentuer. Si l'espoir belge Wout Faes avait été recruté dès janvier pour anticiper ce départ, il semblerait que ce ne soit pas suffisant. Sans faire de folies, Reims pourrait donc desserrer les cordons de la bourse pour offrir un ultime renfort à son entraîneur.