Stade Rennais : Holveck répond à la tentative de putsch des gros de L1

true

Ne faisant pas partie du groupe de travail créé par les grands clubs de L1, le président du Stade Rennais Nicolas Holveck ne s’en offusque pas mais ne signera pas de chèque en blanc.

Ces derniers jours, il y avait quelques crispations au sein des dirigeants du football français. Au cœur du problème : un groupe de travail restreint lancé à l’initiative de plusieurs grands clubs français (PSG, OL, OM, ASSE) et destiné à s’occuper des risques économiques liés à l’arrêt de la saison pour cause de coronavirus. Chez certains clubs non invités (AS Monaco, MHSC, Stade Rennais), on aurait notamment dénoncé une tentative de putsch des clubs d’élite pour reprendre le pouvoir.

Un groupe de travail validé par les clubs…

Cité parmi les opposants à ce projet, Nicolas Holveck a mis les choses au clair dans « Ouest-France », désarmant une fausse polémique et un psychodrame alors qu’il y a des choses bien plus graves avec la crise sanitaire frappant le monde. « Pour moi, c’est un non-sujet. On ne s’est jamais plaint de quoi que ce soit, contrairement à ce que j’ai lu. Il faut un comité de pilotage. Il y aura sept personnes dedans, il faut en effet qu’il y ait peu de monde et on ne s’en offusque pas. Le travail se fera dans les commissions ».

Mais surveillé dans ses décisions

S’il invite tout le monde à rester soudé, le nouveau président délégué du Stade Rennais rappelle néanmoins certains fondamentaux : « Les plus gros clubs auront besoin de nous pour faire un championnat. Ils ne pourront pas jouer entre Marseille, Lyon et Paris. À trois, ils ne feront rien. C’est comme les grands clubs européens qui veulent une Coupe d’Europe rien que pour eux… Les supporters ne veulent pas cela. Le foot, c’est pour tout le monde ».

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008