Stade Rennais : Létang, le Mercato, l’avenir… Bourigeaud en toute franchise

true

Dans les colonnes de « France Football », Benjamin Bourigeaud s’est longuement confié sur le Stade Rennais, sa saison et son départ avorté l’été dernier. Morceaux choisis.

Le limogeage d’Olivier Létang

« Ce sont des situations auxquelles j’ai déjà été confronté à Lens et à Rennes. En tant que joueurs, nous n’avons pas de prise sur ces évènements, même si ça peut impacter l’humain car des relations se créent. Olivier Létang était un président très présent, très à cheval sur tout, en fait. Il possédait un esprit de compétiteur bien plus haut que la moyenne. Il a amené le club là où il le voulait, et maintenant, c’est à nous, joueurs et staff, de continuer sur cette lancée ».

Sur sa baisse de régime

« A Rennes, j’ai vécu trois années incroyables collectivement et personnellement, mais c’est vrai que, cette saison, je n’éprouve pas les mêmes sensations. Pourtant, je ne m’inquiète pas car le travail finit toujours par payer. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais arrêter de m’accrocher. Comment je l’explique ? Peut-être le contrecoup physique de la saison précédente, où on a joué beaucoup de matches. Et puis, je sors d’une saison où mes statistiques n’avaient jamais été aussi bonnes. On attend donc davantage de moi ».

Des difficultés à digérer le Mercato d’été ?

« Non, car je suis dans un club, une ville, où je me sens bien, et ma famille aussi. Rester au Stade Rennais, ce n’est pas une sanction, bien au contraire. Il y a eu des discussions avec certains clubs mais ce sont mes conseillers qui s’en sont chargés (…) La preuve que je n’ai pas mal digéré, c’est que j’ai prolongé (jusqu’en juin 2023). Je suis content de poursuivre l’aventure car je me suis attaché à ce club ».

Un bras de fer avec Rennes un temps envisagé ?

« Ce n’est pas mon genre… Les joueurs font peut-être cela car ils ont besoin de se faire entendre. Je ne les juge pas, mais, de mon côté, une fois que le club m’a dit non, j’ai continué à travailler car je ne veux pas perdre de temps. En fait, j’ai toujours été un joueur de club ».

Sur l’avenir

« Bien entendu, j’ai envie d’aller voir plus haut, mais j’ai toujours considéré qu’il fallait franchir les étapes les uns après les autres (…) Mes ambitions pour le futur ? Mon rêve de gosse est de jouer la Ligue des Champions. L’hymne m’a toujours fait envie. D’ailleurs, ce pourrait être avec Rennes… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008