ASSE : Bernard Caïazzo chiffre le préjudice subi par les Verts à cause de la VAR

Bernard Caiazzo

Pour Bernard Caïazzo, le début de saison de l’ASSE aurait pu être tout autre s’il n’avait pas été émaillé de nombreuses erreurs d’arbitrage.

Dans son édition du jour, le Parisien / Aujourd’hui en France fait le bilan des premiers mois de l’assistance vidéo (VAR) en Ligue 1. Si, du côté des arbitres, on trouve le bilan plutôt positif puisque cet outil a permis d’éviter certaines erreurs, du côté de l’AS Saint-Etienne son utilisation fait encore tousser.

« Une sacrée malchance »

S’il s’agit du grand cheval de bataille de Frédéric Paquet chez les Verts, Bernard Caïazzo n’est pas non plus insensible à tous ces couacs. Refusant de s’en prendre aux arbitres, le président du conseil de surveillance de l’ASSE dresse néanmoins un constat sans concession : « Il n’est pas question de remettre en cause l’honnêteté du corps arbitral ni de tomber dans la paranoïa. Mais lors de cette première moitié de saison, nous avons été victimes d’une sacrée malchance ! Cela fait quinze ans que je suis président et jamais notre club n’a autant subi d’erreurs d’arbitrage alors même que l’assistance vidéo a été mise en place ».

« Quatre ou cinq points perdu au minimum »

Au moment de ses comptes de mi-saison, Bernard Caïazzo chiffre déjà le préjudice sur cinq rencontres : « Au total, nous estimons que nous avons perdu 4 ou 5 points, au minimum, malgré la VAR. C’est beaucoup, surtout lorsque l’on vise l’Europe et que l’assistance vidéo a pour objectif de réduire ce type d’erreurs ».

Le dirigeant aimerait que les arbitres prennent le temps de mieux analyser certains faits de jeu, quitte à y passer un peu plus de temps pour ne plus se tromper : « Je préfère un résultat juste, sans frustration ou crispation, même si je dois perdre trois ou quatre minutes, plutôt que de subir une injustice. Le supporter aussi, je pense ».

Arnaud Carond

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.