ASSE (Débat) : faut-il prolonger Stéphane Ruffier ?

false

Notre débat de la semaine porte sur la situation contractuelle de Stéphane Ruffier à l’ASSE. Le Basque est sous contrat jusqu’en juin 2021.

Pas le bon moment

« Pour la plupart des joueurs, il est évident qu’il est mieux de discuter d’une prolongation de contrat avant d’entrer dans la dernière année de bail. Une manière de s’éviter que l’intéressé ne prenne la main dans les discussions et ne parte pour zéro euros. Toutefois, je ne pense pas que cette réflexion peut s’impliquer pour un trentenaire, quel qu’il soit. De toute façon, l’ASSE a déjà renoncé à une plus-value pour Stéphane Ruffier et, à mon sens, l’ancien gardien de l’AS Monaco mérite d’avoir le choix. En 2021, « Ruf » aura 35 ans. Pour avoir déjà eu le privilège de l’interviewer à deux reprises il y a quelques années maintenant, j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer l’avenir, la reconversion qu’il s’imaginait loin du monde du football…

Rendez-vous dans six mois ou un an

En 2015, il me déclarait ceci : « Ce qui est sûr, c’est que j’ai l’intention d’aller jusqu’à 35 ans. A ce moment-là, je verrais où je suis, dans quelle forme physique je suis… Après tout dépend du club dans lequel tu évolues, les ambitions sportives ». S’il ne fermait pas la porte à l’idée de durer comme Jean-Luc Ettori (39 ans) ou Edwin Van der Sar (41 ans), Stéphane Ruffier avait quand même les idées claires : « Je ne me vois pas finir en Ligue 2 ou en National. Il y a l’amour du football bien sûr mais on est quand même des compétiteurs. Pour moi, ce n’est pas une question d’âge mais de physique et d’ambition ».

Si j’étais à la place des décideurs ligériens, je le laisserais tranquillement rentrer dans sa dernière année de contrat et j’amorcerais les discussions à six ou dix mois de la fin, sur la base bail reconductible d’une saison. Après tout, il serait logique que, pour tous les services qu’il rend depuis 2011 dans le Forez, le Bayonnais puisse – comme Lionel Messi à Barcelone ou Loïc Perrin à l’ASSE – dicter son propre tempo. »

Alexandre CORBOZ

Un an de plus, ce ne serait pas volé !

« Ruffier est en fin de contrat en juin 2021. J’estime qu’au vu de ses dernières prestations, il mériterait bien un an de plus. Mais pas plus, car on parle là d’un joueur de 33 ans qui compte parmi les gros salaires de l’effectif, et qu’il est de l’intérêt du club, selon moi, de ne pas installer le Bayonnais dans un trop grand confort. C’était le cas ces derniers temps avec Gasset et Printant, et son début de saison n’avait pas été bon. Il s’entraînait peu et commençait à fléchir, à encaisser plus de buts, avec il est vrai devant lui une défense gruyère, une équipe à la ramasse.

Impeccable depuis l’arrivée de Puel

A l’heure des bilans, il ne faudra pas oublier que c’est avec Jessy Moulin, impeccable dans son intérim, au plus fort de la tempête, que l’ASSE a commencé à se relever. Blessé à un doigt, Ruffier était alors dans le dur, voire le très dur, après avoir encaissé sept buts en deux matches à La Gantoise et à Angers. Les performances de sa doublure lui ont fait du bien et encore plus l’arrivée de Puel, qui l’a titillé d’entrée sur ses relances, à Bordeaux. Il n’en fallait pas plus pour que le Basque se remette en mode « Goldorak ». Depuis son retour, on retrouve le vrai Ruffier, souvent décisif, comme cela a encore été le cas face à Montpellier avec deux arrêts de toute beauté. Quand il est comme ça, à ce niveau là, l’ancien monégasque est assurément l’un des deux ou trois meilleurs gardiens du championnat. Et comme il n’y a pas de raison qu’il se relâche avec un coach aussi rigoureux que Puel… »

Laurent HESS

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000