ASSE – Débat : qui sera l’homme-clé du sprint final chez les Verts ?

Notre débat de la semaine concerne le sprint final de l’ASSE et ses cadres. Laurent Hess et Alexandre Corboz s’opposent.

Robert Beric

« A cinq matches de la fin du championnat, les Verts s’affichent à trois points du podium. Avec, à priori, la série de matches la plus favorable des équipes classées entre la 3e et la 5e place de L1. Bien sûr qu’il y a un coup à jouer et, plus je regarde le calendrier, plus je me dis qu’il est taillé pour Robert Beric.

Réception de Toulouse, déplacement à Monaco, réception de Montpellier, de Nice et visite à Angers. Beaucoup de ces équipes évoluent en bloc bas. Sur des défenses regroupées, il est important d’avoir un renard des surfaces, quelqu’un capable de se démarquer dans les 16 derniers mètres et de prendre des décisions. Le Slovène a cette capacité que des profils plus créatifs (Romain Hamouma, Rémy Cabella, Wahbi Khazri ou encore Loïs Diony) n’ont pas forcément dans leur palette.

Certes, face à Bordeaux, on a vu un Beric transparent (pas franchement aidé par les parpaings qu’on lui a demandé de gérer seul face aux défenseurs). A Reims, il est resté sur le banc. Mais, avant l’affrontement face aux Girondins, Jean-Louis Gasset avait clamé son envie d’articuler différemment le jeu de son équipe pour alimenter Beric (5 buts en seulement 18 apparitions). Certains adversaires, notamment dans le Chaudron, se prêtent bien à ce genre de stratégie. »

Alexandre CORBOZ

Wahbi Khazri et Loïc Perrin

« Je pense que la clé, ce sera avant tout le collectif, le mental, l’envie d’aller cher la meilleure place possible. S’ils jouent comme à Caen où à Reims, je ne vois pas les Verts perdre beaucoup de points lors des cinq derniers matches. A eux de ne plus se relâcher comme ils l’avaient fait à Amiens, avec cette tendance à être parfois un peu trop suffisants. J’ai aimé leur sérieux à Reims, la force tranquille qu’ils ont dégagée et qu’incarne très bien Loïc Perrin. Depuis que Loïc est revenu, les Verts n’ont plus perdu. Derrière, il dirige, il assure et rassure.

Sa qualité de relances et celle de William Saliba à ses côtés font, je trouve, que le jeu est bien plus fluide et huilé qu’en présence de Neven Subotic. Personne n’est indispensable mais on sait depuis longtemps que l’ASSE n’est pas la même sans et avec Perrin. Il faut donc toucher du bois pour qu’il n’ait plus de pépins ce dernier mois. Et de l’autre côté du terrain, Wahbi Khazri aura un rôle-clé lui aussi. Il est le meilleur buteur de l’ASSE, son fer de lance.

Avec sa qualité de frappe, ses coups de pied arrêtés, sa percussion, c’est le Tunisien qui doit mener les Verts le plus haut possible. L’équipe a besoin de ses buts. Parmi les joueurs cadres, Rémy Cabella arrive lancé dans ce sprint final. Il a retrouvé son meilleur niveau. Ce n’est pas encore tout à fait le cas de Khazri qui n’a plus marqué dans le jeu depuis son doublé contre Marseille. Mais il y a eu du mieux à Reims et je suis convaincu que c’est lui qui fera la différence sur cette fin de saison, comme il l’avait faite au début. »

Laurent HESS