ASSE : Denis Bouanga avait de bonnes raisons de marquer contre Brest (1-1)

ASSE : Denis Bouanga dessine les contours d'une bonne saison des Verts

Auteur de son premier but de la saison contre Brest (1-1), Denis Bouanga a fait part de sa soif de revanche face aux Bretons après son match décevant à Dijon (2-1). Il a aussi pointé les sifflets du Chaudron.

But : Denis, ce but fait du bien…

Denis BOUANGA : Bien sûr. Le plus grand bien. Mais on voulait la victoire et au final on n’a pris qu’un point, même si c’est toujours mieux que rien. Il faut travailler pour rectifier ce qui n’a pas fonctionné.

Aviez-vous un peu la pression pour votre première dans le Chaudron ?

J’étais surtout très motivé. J’avais à cœur de me racheter. Je n’étais pas content de moi après mon match à Dijon. J’arrive dans un club mythique. Je me dois de mouiller le maillot, de me mettre au service du collectif.

Vous avez eu une belle occasion avant de marquer. Que vous êtes-vous dit à ce moment là ?

Qu’il ne fallait pas lâcher. Que j’allais en avoir d’autres.

Ce match nul, c’est plutôt un point de gagné ou deux de perdus ?

Vu la physionomie, c’est plutôt un point de pris. On va retenir notre deuxième mi-temps. C’était mieux. On a poussé. Devant, on s’est mieux trouvés. Mais on doit encore travailler les automatismes, les relations, les déplacements.

Marquer dès votre première à Geoffroy-Guichard, c’est quand même positif pour vous…

C’est bien, mais je suis quand même partagé. Ce stade est magique même s’il y avait une tribune en moins mais il y a eu quelques sifflets. On n’a pas aimé. Il faisait chaud. C’était dur d’aller de l’avant et on n’a pas triché. On s’est donnés à fond. La préparation n’est pas encore passée mais on est contents d’avoir arraché le nul.

A qui avez-vous dédié votre but ?

A ma famille et mon fils. Ils étaient là. Ça m’a fait plaisir de marquer devant eux.

 

Laurent HESS