par julien.perez

ASSE : des primes pour éviter la déprime ?

Distancée dans la course à l’Europe, l’ASSE va surtout devoir se battre pour conserver sa 7e place en Ligue 1 et ne pas basculer dans la deuxième partie de tableau.

Distancée dans la course à l’Europe, l’ASSE va surtout devoir se battre pour conserver sa 7e place en Ligue 1 et ne pas basculer dans la deuxième partie de tableau. Une nouvelle bataille qui démarre samedi à Guingamp.

« Nous nous battrons jusqu’au bout, cela fait plus de neuf ans que je me bats, que je ne baisse pas les bras, je ne vais certainement pas le faire maintenant. Je ferai en sorte de mettre sur le terrain les joueurs qui y croient. » Même si Christophe Galtier fait encore mine d’y croire et tente d’embarquer son vestiaire avec lui, le rêve européen s’est envolé chez les Verts. Quand bien même cela reste encore mathématiquement possible, les affrontements face au PSG ou à l’AS Monaco lors de la dernière semaine de compétition ruinent quasiment tout espoir de finir au-delà de la 7e place. Cependant, il est nécessaire de ne pas se voir en vacances tout de suite, de ne pas finir en roue libre. Et pas seulement pour respecter les milliers de supporters qui pourront, contrairement à dimanche dernier, garnir légalement les tribunes du Chaudron et d’ailleurs d’ici la fin.

Des primes pour éviter la déprime ?

En effet, l’ASSE va désormais devoir jouer pour le classement final, pour l’argent des droits TV et pour les primes individuelles qui en découlent. Car l’avantage du système de rémunération “à la stéphanoise”, c’est que les joueurs ne peuvent pas obtenir de primes de résultats au-delà de cette fameuse 7e place, correspondant au rang de l’ASSE au classement des budgets de Ligue 1. Ce sera un argument supplémentaire pour ne pas lâcher, si tant est que des joueurs aient vraiment lâché dans l’effectif de Christophe Galtier. Car, hormis les trois brebis galeuses pointées du doigt et écartées (Dabo, Roux, Tannane), ce n’est pas le sentiment que renvoie cette équipe de Saint-Etienne, qui pêche davantage par manque d’idées, de jeu et de talent créatif que par défaut de hargne dans le combat.

Samedi soir à Guingamp, plus qu’un match du ventre mou de Ligue 1, ce sera sans doute la dernière chance pour l’ASSE de ne pas basculer du mauvais côté du tableau. Avant d’enchaîner le triptyque Bordeaux-PSG-Monaco, les Verts doivent faire tourner le compteur points. C’est devenu indispensable vu le nombre d’unités laissées en route ces dernières semaines face à des adversaires abordables (Montpellier, Caen, Bastia, Metz, Nantes, Rennes…). Une fois n’est pas coutume, l’ASSE bénéficiera de plus de repos que son adversaire de Ligue 1, sans doute encore marqué, dans la tête comme dans les jambes, par sa demi-finale de Coupe de France perdue mardi soir sur la pelouse du SCO Angers (0-2). Aux Verts d’en profiter. Il y a encore quelques meubles à sauver dans une saison qui, quoi qu’il arrive, sera décevante dans le Forez…

Alexandre CORBOZ

 

Pour résumer

Distancée dans la course à l’Europe, l’ASSE va surtout se battre pour conserver sa 7e place en Ligue 1 et ne pas basculer dans la 2e partie de tableau.

julien.perez
Rédacteur
julien.perez