ASSE – Exclu BUT : la victoire en Gambardella, son départ, son avenir... Jordan Halaimia se confie
par butfootballclub

ASSE – Exclu BUT : la victoire en Gambardella, son départ, son avenir... Jordan Halaimia se confie

Vainqueur de la Coupe Gambardella il y a un an avec les U19, Jordan Halaimia (20 ans) ne s'est pas vu proposer un premier contrat professionnel à l'ASSE, où il évoluait depuis l'âge de 9 ans. Mais il ne veut retenir que le meilleur de son aventure chez les Verts et se tourne vers l'avenir.

But : Jordan, l'ASSE ne vous conserve pas. Comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

Jordan HALAIMIA : Je m'y attendais mais c'est toujours une déception de ne pas signer dans son club formateur. En plus, je suis d'ici, je suis Stéphanois. Je jouais à l'ASSE depuis l'âge de 9 ans, le club était venu me chercher à l'Olympique de Saint-Etienne par l'intermédiaire de Patrick Liogier. Ma première licence, c'était en U10. Ça me fait bizarre de me dire que je vais devoir partir mais c'est une belle page qui se tourne.

Le parcours en Coupe Gambardella restera votre meilleur souvenir ?

Bien sûr. La Gambardella, je l'ai jouée trois fois. Les deux premières, on se fait sortir par Bastia et Ajaccio. La troisième a été la bonne. C'est une compétition difficile : il faut gagner sept matches pour soulever la coupe, c'est long ! On a vécu une aventure unique. On avait une grosse équipe.

« Ça va faire drôle de ne plus voir Charles Abi et Nathan Crémillieux. On était les derniers de la génération 2000 avec Wesley (Fofana) »

Et vos autres meilleurs souvenirs ?

Il y en a plein. Mais mon plus beau but, et de loin, c'est celui en ½ finale des play offs, en U17. On gagne contre Rennes 1-0 et c'est moi qui marque sur un retourné. Mais bon, derrière, on perd la finale contre Paris, avec des joueurs comme Adli en face, et ce match nous était resté en travers de la gorge. On n'avait pas trop aimé l'arbitrage.

Avec qui allez-vous garder le contact ?

Avec plein de monde. Ça va faire drôle de ne plus voir Charles Abi et Nathan Crémillieux. On était les derniers de la génération 2000 avec Wesley (Fofana). On a vécu beaucoup de bons moments ensemble.

Vous ne citez pas William Saliba parce que c'est à cause de lui que vous avez joué latéral en Gambardella ?

(Rires) Non non, je ne lui en veux pas du tout ! C'était pour le bien de l'équipe. C'est vrai que j'ai une préférence pour l'axe, mais je commence à avoir pas mal de repères à droite aussi maintenant.

Vous étiez réticent au début ?

Je ne savais pas trop si ça pouvait le faire. La première fois qu'on m'a demandé de jouer à droite, c'était pour un derby, pour marquer Willem Geubbels. Mais ça c'était bien passé. On avait gagné 3-2 et Geubbels n'avait pas marqué. Ça m'a donné confiance. Je m'y plais bien maintenant.

Geubbels, c'est le joueur le plus fort que vous avez marqué ?

Les plus forts, je dirais plutôt Gouiri, Taoui de Toulouse et Koffi de Monaco qui est à la Fiorentina maintenant.

PS : la fin de l'entretien est à lire ce dimanche sur notre site