ASSE – Exclu BUT : les vraies raisons de la mise à pied de Stéphane Ruffier
par butfootballclub

ASSE – Exclu BUT : les vraies raisons de la mise à pied de Stéphane Ruffier

Après s'être vu interdire l'accès au centre d'entraînement, Stéphane Ruffier doit être reçu mercredi par la direction de l'ASSE. Un licenciement est évoqué.

Le conflit entre Stéphane Ruffier et Claude Puel a pris une nouvelle tournure depuis la semaine passée. Ecarté du groupe lors des matches de préparation, le gardien de but s'est vu interdire l'accès à L'Etrat mercredi dernier lors de la rencontre entre l'ASSE et Charleroi, à laquelle il avait pourtant été convié à assister, le staff ayant exigé la présence de tout le groupe. Mais un huissier de justice l'attendait et il lui a remis une lettre lui notifiant sa mise à pied à titre conservatoire et l'interdiction d'accéder au centre d'entraînement jusqu'à ce mercredi, jour où il sera reçu par ses dirigeants.

Des écarts de comportement ont motivé la décision du club

À un an de la fin de son contrat, un licenciement pour faute grave est évoqué. Il est acquis que Claude Puel ne refera pas jouer l'ancien monégasque, le divorce étant consommé depuis février dernier et les attaques de l'agent du Basque, Patrick Glanz, qui avait fait le tour des médias pour « casser » Puel, coupable d'avoir osé demander à Ruffier d'aller s'asseoir un peu sur le banc. Un crime de lèse-majesté.

Le Bayonnais ne s'étant jamais excusé, il ne faisait guère de doute qu'il ne porterait plus le maillot vert sous l'ère Puel. C'est désormais une certitude. Lors de son premier point-presse, après le confinement, l'entraîneur des Verts avait pourtant dit de Ruffier qu'il était « irréprochable » dans son comportement, depuis la reprise de l'entraînement. Mais le portier aurait ensuite eu un retard, lors d'une séance avec les réservistes, et certaines de ses attitudes lui auraient été reprochées.

Les Prud'hommes devraient trancher le litige

Successeur de Fabrice Grange, le nouvel entraîneur des gardiens André Biancarelli, qui l'avait pourtant connu à Monaco, l'aurait ainsi remis à sa place dès son arrivée. Certaines critiques de Ruffier, notamment envers Jessy Moulin, lui seraient également reprochées. « Les écarts doivent être sanctionnés dans l'intérêt du groupe. Personne n'est au-dessus du club. On ne peut pas fermer les yeux devant certains comportements », a expliqué Puel.

Isolé au sein du groupe depuis le départ de Grange, Ruffier se voit donc poussé vers la sortie sans ménagements, neuf ans après son arrivée dans le Forez, malgré ses états de service. Mais sa dernière saison n'a pas été bonne et son état d'esprit a déplu à Puel, soutenu par l'ensemble des dirigeants dans ce conflit. Un licenciement pourrait permettre à l'ASSE d'économiser 2,8 M€, le montant du salaire brut annuel de Ruffier. Mais il y a de grandes chances que l'affaire se termine aux Prud'hommes, car on imagine mal le Bayonnais faire cadeau du moindre centime à l'ASSE après avoir été traité de la sorte...