ASSE – Exclu BUT : un ancien Vert regrette de ne pas avoir eu Puel comme coach
par Laurent HESS

ASSE – Exclu BUT : un ancien Vert regrette de ne pas avoir eu Puel comme coach

L'ancien défenseur central stéphanois, Clément Cabaton, de retour à Andrézieux (N2), estime qu'il aurait eu plus de chances de percer à l'ASSE avec Claude Puel sur le banc. Entretien

But : Clément, après y avoir évolué une saison de 2017-2018, vous êtes de retour cet été à Andrézieux (N2)...

Clément CABATON : Oui, je suis très content de retourner ici. Connaissant le président et l'entraîneur, c'était un vrai plus. Romain Revelli est un entraîneur que j'apprécie. Je suis ravi de pouvoir à nouveau jouer sous ses ordres.

Pensez-vous qu'il a les qualités pour entraîner dans le monde professionnel ?

Bien sûr ! Il était second à Saint-Étienne, c'était lui qui s'occupait du groupe à l'entraînement. Il connaît très bien le monde professionnel. Ça se voit direct, il sait ce qu'il faut faire avec les joueurs. Je le trouve très pro aussi dans son discours et son coaching.

Est-ce que la saison 2017-2018 est votre meilleure saison ?

Clairement oui ! J'ai joué tous les matches, c'était une saison aboutie. Cette même saison, vous terminez avec Andrézieux à la 3e place, à 6 points du leader Villefranche. Pour quelles raisons n'êtes-vous pas parvenu à décrocher cette première place ? On a fait une belle saison, on n'échoue qu'à 6 points. Après, je pense que ce qui a joué en notre défaveur, ce sont les départs à la trêve... Notre avant-centre Romain Spano, qui réalisait une grosse saison, était parti à Clermont et Ludovic Genest qui était aussi un joueur important pour l'équipe, avait décidé de retourner à Bastia. C'étaient deux cadres et le club n'avait pas su les remplacer.

Que retenez-vous de vos passages à Drancy et Villefranche, en National ?

Que c'est très dur ! Et peu importe l'adversaire en face, que ce soit une équipe qui joue le maintien ou la montée. Avec Drancy, on jouait le maintien, et la montée en Ligue 2 avec Villefranche. Dans ce championnat, sincèrement, tout le monde peut battre tout le monde.

Quel est l'objectif d'Andrézieux ?

On vise la montée en National. Si je suis revenu ici, c'est pour monter ! Le coach m'a rassuré là-dessus, en me disant qu'il y allait avoir le recrutement pour prétendre à la première place.

Sur le plan personnel, vous avez fêté vos 24 ans le 6 juin dernier, gardez-vous espoir de jouer un jour dans le monde professionnel ?

Oui, j'ai loupé de peu avec l'ASSE... Mais j'ai toujours l'espoir d'y arriver, je m'entraîne pour en tout cas. En cas de montée en National, ce ne serait que bénéfique pour la suite.

Avez-vous toujours joué au poste de défenseur central ?

Non, en fait lorsque j'étais jeune, j'étais milieu offensif, un numéro 10. C'est quand je suis arrivé à l'ASSE en U13 que j'ai été repositionné en défense centrale. Je me rappelle que lors d'un match, je n'avais pas touché un ballon. On m'avait donc replacé en défense et depuis je n'ai plus bougé.

''Je suis un peu déçu car j'avais bien évidemment envie de jouer en Ligue 1 avec mon club formateur''

Quels sont vos modèles à ce poste ?

Ayant joué à l'ASSE tout petit, Loïc Perrin forcément... Et sur le plan international, sans hésiter c'est Sergio Ramos. C'est le meilleur défenseur central du monde. Pour moi, ce sont deux modèles, surtout parce qu'ils sont très performants et réguliers

Avez-vous gardé contact avec des joueurs de l'ASSE ?

Oui, surtout avec ceux de ma génération, comme Jonathan Bamba et Alexis Guendouz.

Avec Allan Saint-Maximin aussi, que vous avez côtoyé chez les jeunes ?

Non, plus trop... On n'était pas très proches.

Pensez-vous qu'il puisse jouer dans un grand club européen ?

C'est un très grand talent. C'est actuellement un titulaire indiscutable à Newcastle. C'est sûr qu'il possède les qualités physiques et techniques pour jouer dans un grand club.

Avez-vous des regrets de ne pas avoir pu porter le maillot vert en professionnel ?

Des regrets non, mais je suis un peu déçu car j'avais bien évidemment envie de jouer en Ligue 1 avec mon club formateur.

Quel était l'état de vos relations avec Christophe Galtier ?

J'avais une très bonne relation joueur-coach avec Christophe Galtier.

Vous avez été écarté pendant près de trois saisons, à cause d'une pubalgie...

Tout à fait, je n'ai pas pu jouer pendant presque trois ans. Ça a été une période très compliquée. La pubalgie est intervenue en 2014-2015. C'était très frustrant car j'étais titulaire tout au long de la saison et là d'un coup je ne pouvais plus jouer. Le problème avec cette blessure, c'est qu'on sait lorsqu'elle commence mais on ne sait pas quand elle se termine... À chaque fois, il y avait des rechutes. J'ai été opéré à trois reprises aux adducteurs et aux abdominaux. J'ai bien galéré avec cette blessure mais maintenant ça va mieux, je peux enfin enchaîner.

Avez-vous imaginé mettre un terme à votre carrière ?

Non, jamais ! J'avais toujours envie de jouer au football, même si mentalement ce n'était pas évident. Je peux dire que c'est non seulement ma passion pour ce sport, mais aussi mon entourage, ma famille, qui m'ont permis de surmonter cette période.

« Puel, sa politique est de faire confiance en grande partie aux jeunes, je trouve ça très bien. J'aurais bien aimé qu'il y ait cette même politique lorsque j'étais au club »

Quel est votre meilleur souvenir ?

Mon plus beau souvenir, c'est le titre de champion de France U17, remporté en 2013 avec l'ASSE. On avait réalisé une grosse saison, c'était magnifique !

Le meilleur joueur que vous avez côtoyé à l'ASSE ?

Jonathan Bamba. Je le trouvais très fort. Dès son plus jeune âge, il avait des qualités exceptionnelles. Il est titulaire et performant à Lille, ça ne m'étonne pas du tout.

Suivez-vous toujours les matches des Verts ?

Oui, je fais mon maximum pour regarder tous les matches. En général, c'est à la télé. Ça fait longtemps que je ne suis pas allé à Geoffroy-Guichard.

Selon vous, Claude Puel est-il l'homme de la situation ?

Il va falloir qu'il crée une bonne cohésion de groupe. Puel, sa politique est de faire confiance en grande partie aux jeunes, je trouve ça très bien. J'aurais bien aimé qu'il y ait cette même politique lorsque j'étais au club, ça m'aurait peut-être permis de jouer quelques matches à Geoffroy-Guichard... Je n'ai pas eu cette chance là.