ASSE – EXCLU : les supporters, ses amis, son retour…Robert Beric se confie

true

But ! Robert : Ça a été un déchirement de quitter Saint-Etienne ?

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Robert BERIC : Ce n’était pas une décision facile, mais ce n’était pas ma décision. A partir du moment où je ne pouvais plus jouer, je ne me voyais pas rester à Saint-Etienne juste pour prendre mon chèque à la fin du mois. Ce n’est pas ma conception du foot. Et j’aime jouer. Je suis malheureux quand on me prive de terrain. C’était mieux pour tout le monde.

Vous reviendrez ?

Bien sûr. Quand j’aurai du temps, je reviendrai avec grand plaisir. J’ai passé quatre ans et demi à Saint-Etienne. C’est le club où j’ai passé le plus de temps dans ma carrière. Et j’ai des amis là-bas : Jessy Moulin, Loïc Perrin, Romain Hamouma. Ils étaient déjà là quand je suis arrivé. Quatre ans et demi ensemble, ça crée des liens.

Jessy joue maintenant, vous avez vu ?

Oui. Je suis très content pour lui. Il le mérite. C’est un super mec, un très bon gardien. Il travaille dur, il a un très bon état d’esprit. Je suis vraiment heureux pour lui. En plus, il fait de bons matches.

«  J’ai toujours senti beaucoup de soutien. J’ai toujours tout donné sur le terrain, c’est peut-être pour ça. »

Vous avez regardé les derniers matches des Verts ?

Pas tous. Le dernier que j’ai vu, c’était contre Reims. 1-1 avec une égalisation à la fin. Sinon j’ai vu les résumés de Bordeaux et de la 1/2 finale de Coupe de France. Contre Rennes, l’ambiance était magnifique, avec l’envahissement du terrain. Ça m’a fait vraiment fait plaisir. C’est super pour le club d’être en finale de la Coupe de France. J’espère que l’équipe ramènera la coupe à Saint-Etienne.

Votre relation avec le public était particulière…

Oui. C’était spécial. Je n’ai jamais trop compris pourquoi. J’ai toujours senti beaucoup de soutien. J’ai toujours tout donné sur le terrain, c’est peut-être pour ça. J’ai remercié le public en partant à Chicago, sur les réseaux sociaux, pour tout l’amour qu’il m’a donné. J’ai adoré porté ce maillot et jouer à Geoffroy-Guichard, vraiment. Ce qui va me manquer le plus, c’est ça : ce public, ce stade, cette affection que me donnaient les supporters.

La suite de cet entretien à lire dans But! Sainté

Tout est indiqué sur notre boutique But!

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000