ASSE – FC Nantes (0-2) : Ménès pique les supporters verts et loue une qualité des Canaris

true

Pierre Ménès, sur son blog, a évoqué le succès important ramené par le FC Nantes sur la pelouse de l’ASSE (2-0).

Ce dimanche, dans le contexte toujours particulier d’un match à huis clos, le FC Nantes est allé s’imposer sur la pelouse de l’ASSE (2-0). Une rencontre que Pierre Ménès a évoqué sur son blog en évoquant les deux axes importants.

Le premier est bien évidemment le contexte pesant d’un match dans un stade vide. Pierre Ménès semble d’ailleurs redouter que le scénario se répète régulièrement, glissant au passage un message aux supporters des Verts.

« Sachant que Geoffroy-Guichard est sous le coup d’un sursis, j’ai peur que cela se reproduise à Sainté car à travers leur communiqué, les ultras stéphanois n’ont pas l’air d’avoir compris et semblent dire à tout le monde qu’ils vont continuer à faire ce qu’ils veulent… C’est un bras de fer que les supporters vont forcément perdre sur la durée, donc je trouve ça dommage. D’autant plus que cette équipe de Saint-Etienne et son nombre abyssal de blessés n’a vraiment pas besoin de ça. »

La belle solidarité des Canaris

Par la suite, le consultant du CFC a évoqué le match sur un plan sportif, l’occasion de louer les hommes de Christian Gourcuff qui, a défaut d’être beaux à voir jouer, montrent une belle solidarité. « Dans ce match, il n’y a pas eu photo entre cette ASSE friable, sans qualité offensive ni densité physique et des Canaris bien en place et qui développent un jeu cohérent et adapté à leurs qualités. Alors on est loin du foot technique et léché que Gourcuff prônait à Lorient, mais les joueurs ne sont pas les mêmes. A Nantes, il n’y a pas les mêmes techniciens, mais il y a des joueurs qui se battent et qui progressent, comme Blas qui a encore marqué, comme Abeid qui a ouvert le score d’une jolie frappe, ou comme Simon qui est une vraie belle surprise. Nantes est bien classé, reste à voir si cela peut durer. Le FCN a eu un passage à vide mais dans ce championnat, on a le droit à un passage à vide. Alors, wait and see… »

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014