ASSE – Humeur : « et ils veulent prolonger Théophile-Catherine ! »

Notre correspondant à Saint-Étienne Laurent Hess se penche sur l’éventuelle prolongation de contrat de Kévin Théophile-Catherine à l’ASSE.  

« Une source interne au club me l’a confirmé la semaine passée : l’ASSE a entamé des discussions pour prolonger Kévin Théophile-Catherine. Mes bras ou plutôt mes oreilles en sont tombées tellement je ne comprends pas les raisons qui peuvent inciter le club à avoir envie de conserver ce joueur. L’ASSE a la 19e défense de L1 et Théophile-Catherine est le défenseur le plus utilisé. Donne-t-il satisfaction ? Je ne crois pas, non, et cela ne date pas d’hier. La saison dernière, Christophe Galtier ne voyait plus en lui un titulaire. Il l’avait remplacé par Kévin Malcuit à droite, avant de le repositionner dans l’axe, où il avait coulé avec le navire en fin de saison. L’ancien Rennais a cette polyvalence. Mais cela fait-il de lui un joueur intéressant pour autant ?

Personnellement, je ne trouve pas, non. Je trouve « KTC » bien trop faible techniquement pour évoluer dans le couloir. Son apport offensif est nul. Et dans l’axe, je le trouve très peu performant cette saison. Dans les duels, ça va. Le joueur a du répondant. Mais comme le ballon lui brûle les pieds, sa relance est très pauvre et il ne respire pas la sérénité, ce qui me semble indispensable à ce niveau pour qu’un défenseur central puisse rassurer son équipe. Cette force tranquille que pouvait avoir un Moustapha Bayal, Kévin Théophile-Catherine ne l’a pas. Introverti, il n’est pas un leader. Du tout. Et l’on parle là d’un joueur qui compte parmi les plus gros salaires du club, et qui n’a plus qu’une très faible valeur marchande, à 28 ans. Qu’en sera-t-il dans deux ou trois ans, s’il prolonge ? Alors bien sûr, en défense centrale, Perrin est sur la fin, et « KTC » est peut-être un peu plus fiable que Pogba et Lacroix. Mais quand même, de là à vouloir le prolonger, à miser encore sur lui pour l’avenir… J’y vois là, moi, un terrible désaveu. Parce que pour ne pas trouver mieux, à salaire plus ou moins équivalent… »

Laurent HESS