ASSE : la crise, son cas personnel, les supporters, le derby… Loïs Diony se lâche !

true

Plutôt rare en conférence de presse, Loïs Diony s’est confié sur la dynamique actuelle de l’ASSE et son cas personnel. Sans langue de bois.

Sur la dynamique actuelle

« Ce n’est pas facile de retrouver le sourire après une nouvelle défaite. Il faut prendre les 3 points dimanche et arrêter cette série de défaite. On n’a pas le droit de dire qu’on joue le maintien. On peut vite remonter ».

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Sur son cas personnel

« Je suis là depuis le début, toujours le même en gardant le sourire même si des fois c’est difficile. J’essaye d’apporter le maximum à l’équipe avec ce que je sais faire. J’aime toujours autant marquer, ça donne un peu d’air (…) Je suis arrivé pendant une phase de transition. J’ai eu cinq coachs. C’est dur pour quelqu’un qui marche à l’affectif. J’étais là recrue phare de cette année-là et beaucoup de choses me sont tombées dessus. Je n’ai pas abandonné. »

Sur la possibilité de jouer à deux devants

« À Dijon on jouait à deux en pointes, je touchais plus de ballons. Ici, on me demande plus d’être le buteur par défaut. Ça limite un peu plus ce que je sais faire. Je regrette de ne pas avoir été plus associé à Robert Béric. Je peux jouer tout seul. À Saint-Etienne on a beaucoup de joueurs de ballons. L’attaquant est fait pour aller au casse-pipe. C’est fatiguant mais c’est notre job. Je suis un guerrier, j’aime aller au duel. »

Sur son image auprès des supporters

« Je n’ai jamais triché, j’ai toujours mouillé le maillot. Quel que soit la critique que je peux entendre je ne crache pas sur ce maillot vert. »

Sur le Stade de Reims

« On va affronter une équipe très coriace qui défend bien. Pour être franc on a pas à être à cette place là. Revenir dans le top 10 c’est faisable mais pour ça il faut gagner ce week-end. »

L’OL et Rennes, deux échéances capitales

« On peut récupérer l’amour de ce public qu’on a peut-être déçu en faisant un résultat à Lyon et en le ramenant au stade de France. Ces deux matchs seront à double tranchant. On a besoin de nos supporters, même si je comprend leur déception. On doit continuer à travailler pour essayer de leur redonner le sourire vis à vis du club. »

Retranscription : compte Twitter du Progrès.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008