ASSE - La lettre ouverte de Dominique Bréard : « Pour le PSG, vivement une Ligue fermée ! »
par Laurent HESS

ASSE - La lettre ouverte de Dominique Bréard : « Pour le PSG, vivement une Ligue fermée ! »

L'ancien recordman de victoires à « Tout le monde veut prendre sa place », Dominique Bréard, supporter de l'ASSE, adresse une lettre ouverte aux supporters du PSG et à certains commentateurs...

« Chers supporters d’un trop cher club, chers commentateurs footix,

« Du plus haut que l’on soit assis, on n’est jamais assis que sur son séant », disait Montaigne... .Alors que je suis sorti de ma soirée de vendredi avec un sentiment mitigé mais dans lequel la déception n’occupait qu’une place raisonnable, j’ai eu le malheur d’aller sur Twitter. C’est d’ailleurs bien ingrat de ma part de parler de malheur puisque c’est cette visite sur le réseau social qui m’a inspiré cette présente chronique. C’est finalement comme pour vous, si on n’avait pas eu ce qu’il faut bien appeler les mauvais gestes stéphanois de la première mi-temps, vous n’auriez pu que parler de l’indigence du jeu de votre équipe et de la chance qui a été la vôtre de gagner la Coupe de France dans les conditions que l’on connaît. Donc, en allant sur Twitter, j’ai lu des choses au sujet de mes petits verts comme : « Ils ont fait honte au football » ou « Perrin est un boucher »...

Perrin n'a rien d'un boucher

S’agissant de Perrin, regardez quand même ce que vous écrivez. S’il est vrai qu’il aurait dû calculer qu’il ne pouvait pas, du fait de ses genoux qui couinent, rattraper un Mbappé fut-il dans une forme ordinaire, vous ne pourrez rien faire jamais contre cette statistique qui veut que Perrin, c’est seulement 2 cartons rouges dans sa carrière. Si Loïc était un boucher, croyez bien que j’irais acheter ma viande ailleurs.

Quant à la soi-disant honte que les Verts auraient fait au football, je vais commencer par dire que lyrisme ne convient pas à toutes les situations tout en reconnaissant que notre agressivité de la première mi-temps a constitué indéniablement un problème. Sur son blog, Pierre Ménès fait remarquer que nous avons eu un joueur expulsé lors des trois derniers matchs contre le PSG. En fait de statistiques, celle-là fait très mal et, comme Ménès le dit encore, il est possible que ce qui se dit au vestiaire avant les rencontres soit à revoir.

Mais si chacun fait son examen de conscience, il vous fera aussi faire celui de ce que représente la simple existence du PSG depuis l’ère Qatari dans le football français. En Angleterre, en Allemagne ou en Espagne, les situations avec un club qui devance les budgets de tous les autres n’existent pas. Au moins, il y a 3 ou 4 clubs qui peuvent rivaliser dans ces pays. Dès lors, je ne sais pas pour les autres supporters stéphanois mais moi, envisager un match contre votre équipe, loin de me faire plaisir, 1 blesse mon amour propre de supporter, 2 me fait à chaque fois redouter le pire et avec raison.

Trop d'arrogance au PSG

Donc, puisqu’apparemment l’éthique et le fair play financier n’ont pas suffisamment pénétré les raisonnements de notre Ligue nationale de football, essayez au moins de comprendre que, lorsqu’on affronte votre équipe de culs cousus, (allusion à Pierre Perret, tonton Christobal), on ait envie d’en découdre un peu plus fort et que cela amène parfois un excès d’engagement. Je ne sais pas si, comme l’avait dit en son temps Zlatan Ibrahimovic, la France ne mérite pas le PSG, mais je sais en revanche que vous seriez bien inspirés d’être moins arrogants que vous l’êtes car, en France, vos victoires sont normales tandis que vos défaites sont, puisque vous aimez ce mot, une honte pour vous. Alors, si à chaque fois que l’ASSE devra rencontrer le PSG, on doit se pourrir de cette manière, c’est qu’il faudra enfin peut-être y réfléchir à cette Ligue fermé Vous y participeriez avec les Lyonnais qui se font croire qu’ils peuvent y prétendre et nous reprendrions goût à un championnat équilibré. On retrouverait des matchs à voir avec plaisir tandis que vous disputeriez des rencontres qui vous donneraient des indications précises sur la valeur de votre club, et, du même coup, vous ramèneraient au terminus des prétentieux. A quelque-chose malheur étant bon, la fin de la Ligue des champions va se dérouler un peu comme une Ligue fermée, on va voir ce que vous y faites. Mais, d’ici-là de grâce, calmez vos ardeurs et bornons-nous à parler du poteau de Bouanga, des statistiques incroyables de Neyou et même, si vous voulez, du but de Neymar.

Un dernier mot sur les commentateurs footix qui sont venus en échos aux malheureux commentaires sur le geste de Perrin. Auriez-vous été si inspirés si, par un effet d’inversion, un défenseur parisien avait privé Khazri, Hamouma ou Bouanga de matches en le blessant ? Un examen de conscience s’impose car, comme le disait Coluche, « qui prête aux riches prête à rire » et vos commentaires dénués totalement d’objectivité ne frisent pas le ridicule mais l’atteignent complètement. Pour les supporters et ces commentateurs, je terminerai cette lettre en citant Maurice Piallat. « Si vous n’aimez pas les Stéphanois, rassurez-vous, on ne vous aime pas non plus ! »

Veuillez agréer, chers supporters du PSG et chers commentateurs footix, l’expression de mon mépris le plus parfait. »

Dominique BREARD, amoureux d’un football où chacun a sa chance.