ASSE : la réponse cinglante du maire de Saint-Etienne à Bernard Caiazzo
par Raphaël Nouet

ASSE : la réponse cinglante du maire de Saint-Etienne à Bernard Caiazzo

Le président de l'ASSE, Bernard Caiazzo, a estimé que le manque de prestige de Saint-Etienne était un frein à l'arrivée d'investisseurs. Le maire lui répond.

Dans l'entretien qu'il a accordé au Progrès hier, Bernard Caiazzo justifiait l'absence de nouveaux actionnaires à l'ASSE par le manque d'attractivité de la ville de Saint-Etienne. Des propos qui n'ont pas plus au maire, Gaël Perdriau. Dans un long message sur Facebook, l'édile a donné sa vérité, taclant au passage la politique mise en place par le président du conseil de surveillance des Verts et son associé, Roland Romeyer…

"Donc si l’ASSE ne trouve pas d’investisseurs, c’est parce que la ville manquerait de « prestige » selon Bernard Caiazzo ... C’est peut être aussi parce que peu d’investisseurs acceptent de payer plus de 50% des parts en étant minoritaire en droits de vote... ou que la vente de pépites pour en tirer des profits à court terme ont nui à la construction d’une grande équipe dans le temps (Aubameyang, Payet, Maupay, Saint Maximin, Matuidi, Ghoulam, Malcuit, Saliba, Bamba, Zouma… et j’en passe)."

"Autant de joueurs qu’on a laissé partir et qui explosent dans leur club aujourd’hui… D’ailleurs on peut se demander à quoi a servi l’argent de la vente de ces joueurs ? On en a pas vu les bénéfices sportifs. Le « prestige » de Nice n’améliore pas le talent de son club qui n’a rien gagné depuis 1997 ou de Bordeaux depuis 2009… Quand un investisseur parie sur un club, sur son image, son état d’esprit, cela dépasse largement le potentiel économique de la ville. Konica-Minolta en 2004 n’espérait pas vendre plus de photocopieurs à Saint-Etienne !"

"Une âme, ça n’a pas de prix. Surtout pas celui d’une certaine bourgeoisie"

"Quand une équipe a un tel palmarès, qu’elle garde l’âme de sa ville et qu’elle gagne, elle attire ! Ce serait aussi la faute à l’association qui détient encore 10% des parts, situation unique. Comme le fait que l’Etat, par saisie de la justice, pourrait en détenir également 10% ? Sûrement cas rare également ... et qui peut rebuter un investisseur."

"Je suis d’accord sur un point avec Bernard Caiazzo, c’est que Saint-Etienne, c’est plus qu’un club… Et il mérite mieux que juste un investisseur qui vient pour sa gloire et son portefeuille. La défense de l’image d’une ville et de son indissociable club de foot doit se faire à tous les niveaux, et pas pour empocher le pactole. C’est vrai, Saint-Etienne est une ville et donc un club populaire, avec une âme. Ça n’a pas de prix. Surtout pas celui d’une certaine bourgeoisie. Allez les Verts ! Partout. Toujours."