ASSE : la réponse fracassante de Kolodziejczak à Puel !

true

Tancé par Claude Puel samedi en conférence de presse, le défenseur de l’ASSE Timothée Kolodziejczak (28 ans) a répondu à son entraîneur.

Un noeud de tension n’est pas retombé à l’ASSE. Samedi, après la victoire (3-2 ) face au Paris FC en 16es de finale de Coupe de France, Claude Puel a fustigé l’attitude de Timothée Kolodziejczak. « Vous allez le voir de moins en moins. Pourquoi ? Parce que je veux garder le bon état d’esprit de l’équipe. Vous en tirez les conclusions que vous voulez », a lancé le coach des Verts en conférence de presse. Choqué par les propos tenus à son égard par son entraîneur, le défenseur de l’ASSE (28 ans) a décidé de prendre son téléphone pour lui répondre avec fermeté. 

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Kolodziejczak n’accepte pas

« Je n’accepte pas qu’il remette en cause mon intégrité professionnelle, a-t-il réagi dans L’Équipe. Dire que je suis laxiste, avare de mes efforts alors que je travaille au quotidien afin de me trouver dans les meilleures conditions pour le club fait de la peine à mon entourage. Ça non plus, je ne l’accepte pas. Je suis droit dans mes pompes. Je n’ai pas effectué de préparation physique au Mexique et quand j’ai recommencé à jouer avec Saint-Étienne, l’équipe était au plus mal. Après, avec l’enchaînement des matches, que l’on a gagnés, j’étais bien. Et j’ai été sorti. »

« Parler pour dire quoi ? Franchement… »

S’il admet à demi-mots des difficultés en début de saison, Kolodziejczak ne remet pas en cause l’autorité de Puel mais aimerait peut-être plus qu’il mette des formes. « Je n’ai jamais contesté les choix sportifs de mes entraîneurs et je ne le ferai jamais. Je n’ai pas d’états d’âme. Ma réponse, je l’apporterai sur le terrain, a-t-il poursuivi. Je suis impliqué. Ma saison de l’an passé et le classement final (4e) le prouvent. Je ne triche pas. Je ne suis pas un branleur. Discuter avec lui ? Si, une fois. Au retour de Bordeaux (1-0, le 20 octobre). Il m’avait dit que je n’avais pas le niveau escompté. À partir de là, il y a eu zéro communication. Aller lui parler ? Cela n’a pas lieu d’être. Parler pour dire quoi ? Franchement… »

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013